Le billet

10/09/2015

​Bienvenue en France



Votre cauchemar est terminé, Ali.  Ta famille sera bien chez nous. Ne vous inquiétez pas des gens qui inventent une France blanche, chrétienne, menacée par l'Islam. Depuis toujours, le peuple français est multiple. Vous n'êtes pas les premiers à arriver ! Dans la vie réelle, vous verrez : les Français sont accueillants. Batailleurs aussi, il le faut : les inégalités et la pauvreté s'aggravent, comme partout, à cause du système économique mais le pays lui-même est riche et la protection sociale parmi les meilleures. Les Français aiment aussi critiquer leur pays, trouvent que c'est mieux ailleurs. Je te vois sourire... Donc, bienvenue. Un jour, vous repartirez en Syrie : nous irons vous voir ! Ou vous resterez ici. Alors, à votre tour, vous enrichirez la France de vos compétences, votre culture. Et vous connaîtrez notre belle langue, celle de Victor Hugo, notre grand écrivain humaniste, l'exilé.


Michel Rouger




1.Posté par MOUILLE le 13/09/2015 07:14
MERCI

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires