Le billet

26/04/2018

​Bibi le bourreau



Chaque vendredi, depuis le 30 mars, ils s'avancent par milliers jusqu'à la limite de leur non-pays. Ils marchent par désespoir devant l'incurie de leurs dirigeants et la cruauté de Bibi, le chef du pays voisin qui les tient encagés. Dès le premier jour, les soldats surarmés de Bibi les ont mis en joue. Et tiré. 18 morts, 1400 blessés. Les vendredis suivants, ils ont encore tiré : 40 morts désormais. Quand des Juifs s'alarment de voir ainsi leur pays perdre son âme et donner des armes à l'antisémitisme, Bibi ne semble pas capter. Il n'a aucun autre avenir à offrir. Le dialogue, la paix lui sont étrangers. Coloniser, terrifier meublent sa pensée. Le 15 mai, ils reviendront de nouveau par milliers à la frontière en rêvant au pays perdu il y a 70 ans. Et les soldats de Bibi tireront. Inquiété par la justice, Benyamin Netanyahou, dit Bibi, tombera peut-être un jour pour corruption. Pas pour terrorisme.

Michel Rouger  

vocal_001.mp3 Vocal 001.mp3  (1.67 Mo)





1.Posté par Bouju Martine le 27/04/2018 12:29
cette terrible vérité!
merci de l’exposer ainsi, sans fard, sans indulgence, mais trop de Bibis ne liront pas ces lignes, la Shoah est un terrible argument pour justifier .

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires