Le billet

12/01/2017

​Attention au virusse



Si l'on est fort préoccupé par les virus de la grippe H3N2 (chez les humains) et H5N8 (chez les volailles), il convient de s'alarmer davantage encore de la contagion du virus russe, dit aussi virusse ou agent Vladimir. Il est difficile à combattre. Il n'emprunte pas les transports routiers, amicaux ou amoureux mais les autoroutes numériques et autres liaisons clandestines. Il n'attaque pas l'organisme mais les comportements. Principaux signes : brutalité, toute-puissance, xénophobie, tropisme russe. Donald Trump, le nouveau président des États-Unis, est infecté. Le 7 mai prochain, la France pourrait avoir deux candidats à la présidence contaminés : Marine Le Pen et François Fillon. L'agent Vladimir se glisse dans les familles, les bistrots ou les salons branchés, partout où l'on constate un ramollissement de la citoyenneté, de nos défenses immunitaires républicaines. Seule riposte au virus : de la liberté, de l'égalité, de la fraternité, matin, midi et soir, en dépassant les doses aujourd'hui trop couramment admises.

Michel Rouger

​Attention au virusse
2017_01_14_attention_au_virusse.mp3 2017 01 14 Attention au virusse.mp3  (1.98 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires