Le billet

​Arithmétique


30/05/2019




Autant que les idées ou la parole, le calcul a toujours été un art majeur en politique. Surtout aux élections. Ceux qui s'y refusent font eux-mêmes d'ailleurs un mauvais calcul. Dimanche, malgré un progrès, ils ont encore été 23,6 millions (un sur deux) à ne pas voter : un jour la police politique sonnera à leur porte et ils resteront comme deux ronds de flan. Car c'est tout le calcul de l'extrême-droite qui a pu crier victoire dimanche soir avec 11,2 % du corps électoral, en battant de peu le parti du Président, lequel se sent lui-même conforté en parvenant à rassembler 10,5 % des Français. Mais pour trouver les meilleurs artistes, à la fois des petits et pires calculs, il faut sans doute regarder à gauche où un art consommé de la division permet à chacun d'échapper aux victoires de la gauche plurielle. Maintenant, dans tous les partis, chacun va ajouter ses derniers pourcents aux résultats passés et continuer à faire chauffer les calculettes. En avant pour les municipales. 

Michel Rouger

arithmetique.mp3 Arithmétique.mp3  (1.66 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

L'oiseau

Dans sa cage, l’homme regarde l’oiseau. Et l’oiseau regarde l’homme. Soudain, l’oiseau s’envole. Il file vers la plage, se pose à un mètre d’un CRS qui contemple la mer, guette un confiné évadé ou songe aux Gilets Jaunes qu’il blessait l’an dernier. L’oiseau reprend son vol. Il voit l’agitation aux portes de l’hôpital, une soignante adossée au mur, épuisée, accablée. Aperçoit dans les rues vides un livreur, des éboueurs, une caissière derrière une vitre, un petit peuple qui assure la survie. Il survole des cages avec de grands jardins et d’autres empilées, entassées. Curieux humains qui s’accommodent des inégalités et font preuve de solidarités. Puis il croise d’autres oiseaux. Ils chantent de nouveau dans la ville. Une femme à son balcon les observe et sourit, protectrice. L’oiseau revient. Il retrouve l’homme dans sa cage. « Alors ? », demande l’homme. « Il faut tout changer », répond l’oiseau. L’homme se lève enfin : «  Oui, on va tout changer. »

Michel Rouger

26/03/2020

Nono

Newsletter