Le billet

30/05/2019

​Arithmétique



Autant que les idées ou la parole, le calcul a toujours été un art majeur en politique. Surtout aux élections. Ceux qui s'y refusent font eux-mêmes d'ailleurs un mauvais calcul. Dimanche, malgré un progrès, ils ont encore été 23,6 millions (un sur deux) à ne pas voter : un jour la police politique sonnera à leur porte et ils resteront comme deux ronds de flan. Car c'est tout le calcul de l'extrême-droite qui a pu crier victoire dimanche soir avec 11,2 % du corps électoral, en battant de peu le parti du Président, lequel se sent lui-même conforté en parvenant à rassembler 10,5 % des Français. Mais pour trouver les meilleurs artistes, à la fois des petits et pires calculs, il faut sans doute regarder à gauche où un art consommé de la division permet à chacun d'échapper aux victoires de la gauche plurielle. Maintenant, dans tous les partis, chacun va ajouter ses derniers pourcents aux résultats passés et continuer à faire chauffer les calculettes. En avant pour les municipales. 

Michel Rouger

arithmetique.mp3 Arithmétique.mp3  (1.66 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires