20/05/2020

​A la plage



Avec pelles et râteaux, les maires et préfets ont bâti un règlement pour les estivants tel un château de sable pour l'océan. Tiendra ? Tiendra pas ? Plouf. A part le querelleur ou délateur en slip, qui va tancer la tripotée de contrevenants de 2 à 102 ans qui ne veulent ou ne peuvent surfer, nager, galoper à 10 m du gars de devant etc.? La persuasion va être difficile. Des maires et préfets mettront peut-être bientôt des hauts-parleurs beuglant à chaque instant "Ne vous arrêtez pas ! " "Ne vous allongez pas ! " "Les châteaux de sable sont interdits !" De quoi faire des cauchemars la nuit, ensablé entre marée montante et maréchaussée descendante. Nul maire ou préfet ne peut justifier cette obligation à dormir debout. L'idée de la "plage dynamique" vient de surfeurs australiens puis français impatients de reprendre la vague, c'est tout. Croire que les gens vont se tasser malgré le virus et l'immensité des plages, c'est les prendre pour des bigorneaux. Une fois de plus. Dans cette crise, déresponsabiliser et punir sont devenus un jeu où l'on ne pousse jamais le cochonnet trop loin. 

Michel Rouger

a_la_plage.mp3 A la plage.mp3  (576.33 Ko)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Non, Chef - 01/07/2021

​La panne - 24/06/2021

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

Palestine - 12/05/2021

Surprise ! - 29/04/2021

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

1 2 3 4 5 » ... 24






Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires