Le billet

​« Liberté ! »


06/02/2019




Paris, 5 février 2023. - Hier soir, des policiers en civil ont arrêté cinq jeunes d'un collectif « Liberté ! » réunis dans l'arrière-salle d'un café. Sur ordre des préfets et sans que des délits aient été constatés, les arrestations dites "préventives" s'intensifient contre ces collectifs de jeunes d'autant plus que huit mois après la victoire de l'extrême-droite aux élections, l'opposition reste paralysée. Au parti En Marche, les frondeurs accusent l'ancien président Macron d'avoir provoqué une abstention record en poursuivant sa politique inégalitaire malgré le conflit des Gilets Jaunes et le débat national qui a suivi. A gauche, les reproches s'abattent sur ceux qui ont provoqué la victoire de l'extrême-droite en s'abstenant. Le nouveau pouvoir s'attaque donc froidement à la liberté de manifester en s'appuyant sur la cybersurveillance tolérée depuis longtemps par l'opinion et aussi sur la « loi anti-casseurs » adoptée il y a tout juste quatre ans, le 5 février 2019, par 387 députés En Marche ou de droite. Parmi eux, six ont vu leurs enfants arrêtés ces derniers jours... 

Michel Rouger

2019_02_07_liberte_!.mp3 2019 02 07 Liberté !.mp3  (1.96 Mo)






1.Posté par l'Azou le 08/02/2019 08:35
Très réaliste cette note «mais hélas on n'atteindra pas 2023 pour faire de «la prévention». A cet égard je conseille la lecture à ceux qui le veulent, un livre témoin, «Paranoïa, la folie qui fait l'histoire», de Luigi Zora.
Il conclut par ces mots prémonitoires:
«Au fond de nous, nous devons continuer de dire non à la suspicion et à l'allusion. Car elles sont la vraie, la seule tentation qui renaît toujours. Le seul mal qui traverse à la fois chacun de nous et l'histoire toute entière. A nous de dire non à Iago».
Ne pas céder à la tentation du rejet, une ascèse en ces temps où tout glisse si vite....

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono

Newsletter