Le billet

​​Vendredi culte


27/11/2019




Mieux que les foules papales, mieux que le hadj musulman : cette année encore, des millions d'humains participent au Black Friday, le grand rite mammoniste qui unit le monde entier le quatrième vendredi de novembre. Contrairement aux rites sentimentalo-commerciaux de Noël et de la Saint-Valentin, des fêtes des mères, des pères, des grands-mères et des chiens ici ou là, le Black Friday en appelle à la foi marchande dans toute sa pureté : on célèbre le jour où, après Thanksgiving, les commerçants états-uniens sortent du rouge et notent leurs bénéfices au stylo noir. Dans un sabir techno-américain, le Black Friday, prolongé par le Cyber Monday et finalement une Cyber Week, appelle l'individu à s'élever à l'état de l'Être Augmenté. Et par là à participer à la grande œuvre qui enrichit Jeff Bezos, le pdg d'Amazon, transforme les salariés en esclave, détruit la Planète. Un rite majeur de notre époque. Assez vieux en fait. Aller, tous en chœur, chantons

Michel Rouger

vendredi_culte.mp3 Vendredi culte.mp3  (564.51 Ko)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

L'oiseau

Dans sa cage, l’homme regarde l’oiseau. Et l’oiseau regarde l’homme. Soudain, l’oiseau s’envole. Il file vers la plage, se pose à un mètre d’un CRS qui contemple la mer, guette un confiné évadé ou songe aux Gilets Jaunes qu’il blessait l’an dernier. L’oiseau reprend son vol. Il voit l’agitation aux portes de l’hôpital, une soignante adossée au mur, épuisée, accablée. Aperçoit dans les rues vides un livreur, des éboueurs, une caissière derrière une vitre, un petit peuple qui assure la survie. Il survole des cages avec de grands jardins et d’autres empilées, entassées. Curieux humains qui s’accommodent des inégalités et font preuve de solidarités. Puis il croise d’autres oiseaux. Ils chantent de nouveau dans la ville. Une femme à son balcon les observe et sourit, protectrice. L’oiseau revient. Il retrouve l’homme dans sa cage. « Alors ? », demande l’homme. « Il faut tout changer », répond l’oiseau. L’homme se lève enfin : «  Oui, on va tout changer. »

Michel Rouger

26/03/2020

Nono

Newsletter