Le billet

​​Vendredi culte


27/11/2019




Mieux que les foules papales, mieux que le hadj musulman : cette année encore, des millions d'humains participent au Black Friday, le grand rite mammoniste qui unit le monde entier le quatrième vendredi de novembre. Contrairement aux rites sentimentalo-commerciaux de Noël et de la Saint-Valentin, des fêtes des mères, des pères, des grands-mères et des chiens ici ou là, le Black Friday en appelle à la foi marchande dans toute sa pureté : on célèbre le jour où, après Thanksgiving, les commerçants états-uniens sortent du rouge et notent leurs bénéfices au stylo noir. Dans un sabir techno-américain, le Black Friday, prolongé par le Cyber Monday et finalement une Cyber Week, appelle l'individu à s'élever à l'état de l'Être Augmenté. Et par là à participer à la grande œuvre qui enrichit Jeff Bezos, le pdg d'Amazon, transforme les salariés en esclave, détruit la Planète. Un rite majeur de notre époque. Assez vieux en fait. Aller, tous en chœur, chantons

Michel Rouger

vendredi_culte.mp3 Vendredi culte.mp3  (564.51 Ko)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

Etiquettes

Dans deux mois, nous aurons donc notre maire et son conseil municipal. Et aussi, sur les écrans et les journaux, une belle carte de France allant du bleu marine de l’extrême-droite au rouge vif de l’extrême-gauche. Le ministère de l’Intérieur est en train de poser ses étiquettes de couleur sur les listes. Beau travail d’épicier. De 17 étiquettes aux dernières municipales, nous passons à 22. On se demande bien pourquoi des citoyens ne vont pas encore trouver de bulletin à leur convenance. En réalité, l’épicier est en train de traficoter. Et que je te supprime les étiquettes dans les communes de moins de 9 000 habitants : voilà un tiers de la carte électorale sans couleur. Et que je t’invente une étiquette DVC (divers centre) destinée à accueillir les listes pourtant de gauche ou de droite mais soutenues par En Marche faute de pouvoir présenter des candidats. Mais que cherche donc à cacher le parti du Président ? 

Michel Rouger

23/01/2020

Nono

Newsletter