Vu, Lu, Entendu...

« GlobeConteur » compagon de route d'Histoires Ordinaires


13/10/2018



Histoires Ordinaires invite ses lecteurs qui ne connaîtraient pas encore GlobeConteur à découvrir et suivre régulièrement les "histoires vivantes de territoires" qui s’y trouvent racontées par audio, vidéo ou écrit. GlobeConteur, basé en Loire-Atlantique, est réalisé par une équipe d’une quinzaine de personnes venues de divers horizons, une équipe jeune qui veut :
"Redonner une place centrale aux citoyens (et notamment aux personnes âgées) par la transmission
- Développer un autre rapport aux territoires, à ses espaces de vie et de passage
- Permettre la compréhension du Monde aux générations suivantes par le travail de mémoire. 


Voici deux vidéos de 2 mn pour comprendre la démarche et la manière d'opérer de GlobeConteur, partenaire désormais d'Histoires Ordinaires, qui a lancé notamment  le mois dernier une grande collecte d’histoires de vie sur le Grand Ouest en espérant pouvoir en recueillir 250 d’ici mai 2019 

 






Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 25 Septembre 2018 - 16:21 Contre les pesticides, l'Appel des coquelicots



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Vouloir rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher lentement ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono