03/12/2015

​État d'alerte



Trois semaines après la tragédie, l'état d'urgence met les défenseurs des libertés en état d'alerte permanent. Les interpellations, perquisitions et gardes à vue sans aucun lien avec des menaces terroristes s'étalent dans la presse. Et que je t'enfonce les portes, plaque au sol, passe les menottes. L'état d'urgence est une aubaine pour accélérer des procédures sans les contraintes de la Justice ou simplement pour terroriser des militants. Au moins la montée de cette insécurité d'État était-elle prévisible : tout régime d'exception offre aux autorités d'un pays une sorte de jouissance policière dont elles ne se débarrassent pas facilement. Obama n'a pas fermé Guantanamo. Heureusement, la société civile - militants des droits humains, mouvements de jeunes, la presse... - se mobilise, les parlementaires eux-mêmes créent une alerte quotidienne. La résistance est en marche contre ce recul des libertés qui fait des terroristes kamikazes des cadavres souriants. 

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Quoi ? ! - 20/09/2021

Piqûre de rappel - 16/09/2021

Risque de récidive - 18/08/2021

Non, Chef - 01/07/2021

​La panne - 24/06/2021

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

Palestine - 12/05/2021

Surprise ! - 29/04/2021

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

1 2 3 4 5 » ... 24