Un parfum de victoire


10,00 €




Qu'en est-il, pour les personnes handicapées », de ce droit fondamental : donner la vie ?

Dans « Un parfum de victoire », les intéressés prennent la parole. Mères ou pères, jeunes ou grand-parents, souffrant de handicaps moteur, sensoriel ou encore intellectuel, Richard, Christine, Fatima et Nicolas, Julien et Camille, Antoine et Maëva, Sylvie, Sandrine, Magali, Thérèse, Nathalie, Félicie et Bastien, Maëla..., témoignent de leur combat, de leurs souffrances et de leurs bonheurs, de leur capacité à avoir et à élever des enfants dans une société chargée encore de tabous. Des tabous que la Britannique Alison Lapper, mère et artiste, fait exploser en fin d'ouvrage...

À leur parole répond celle de professionnels engagés à leurs côtés dans des services rares. Des experts de terrain qui dépeignent dans toute leur complexité les situations rencontrées et laissent percevoir ce qu'il conviendrait de généraliser pour que le droit à la parentalité induit par la loi de 2005 puisse s'appliquer.

Pour que tous les publics accèdent à ces paroles et à ce grand sujet de société, Un parfum de victoire est un ouvrage multimédia, livre + DVD, qui se lit, s'écoute et se regarde : huit reportages vidéo complètent les témoignages du livre accessibles eux-mêmes en version audio.

Un parfum de victoire est né d'une rencontre, un jour, entre une jeune maman aveugle désireuse d'avoir un enfant et d'une collaboratrice du site histoiresordinaires.fr

(Participation aux frais de port : 2,40 €)


Le billet de la semaine

​Le prof et Mahomet


Un crime horrible. De nouveau la France levée pour défendre les valeurs républicaines, la liberté d'expression, l'éducation laïque, ses profs. Revenu le dessin de Cabu de Mahomet effondré : « C'est dur d'être aimé par des cons ». Être Mahomet aujourd'hui en France, c'est vraiment un chemin de croix, aurait dit son ami Jésus. Il y a les islamistes qui le trahissent et les ignorants d'en face qui le salissent, deux camps opposés, deux alliés de fait qui se nourrissent l'un l'autre de leur intolérance, l'islamiste sur les écrans des réseaux sociaux, le français zemourien sur l'écran du très catholique Bolloré. Mahomet souffre aussi beaucoup pour les siens, pour la foule des musulmans fidèles à une République qui ne les entend pas, qui continue à les reléguer aux marges des villes, de l'emploi et de la culture. Pourtant, sans le soutien de cette majorité musulmane républicaine aujourd'hui à leurs côtés, les profs ne peuvent pas mener leur combat héroïque pour la liberté de pensée. Pour comprendre ça, il n'est pas pas besoin, comme dirait Mahomet, de faire un dessin.

Michel Rouger
billet.mp3 billet.mp3  (607.83 Ko)


20/10/2020

Nono