Tags (1) : solfège
1 produit sur 1 au total
Le conservatoire de musique : l'art et la manière
Pour certains, le conservatoire de musique est un lieu de plein épanouissement. Pour d'autres, il est un lieu d'élitisme ou d'excellence. Pour d'autres encore, le meilleur instrument pour dégoûter à tout jamais de la musique. Mais il est là, au cœur de la cité où il diffuse des concerts, propose des cursus d'apprentissage, favorise les rencontres... En réalité, il est en mutation. Que faire de son héritage? Comment se positionner face aux propositions musicales actuelles ? Comment répondre aux multiples usagers ? Lieu de culture et aussi de socialisation, le conservatoire est plus qu'un espace, il est une façon de penser le musical. Basé sur des observations et sur des travaux de recherche, cet ouvrage propose de réfléchir sur les enjeux du conservatoire en prenant position ou en interrogeant des pratiques qui peinent parfois à se renouveler. Il questionne aussi la place et les fonctions des acteurs, du directeur à l'élève.

(Participation aux frais de port : 2,40 €)
10,00 €
1 produit sur 1 au total


Le billet de la semaine

​Montez !

Sitôt passée la station Europe, les cars Macron ont pris la route pour aller ramasser les élus de droite et du centre inquiets pour leur siège à neuf mois des élections municipales. Allez, montez ! Et hop, 72 politiciens ont grimpé, regardés l'œil mauvais par leurs rivaux plus rapides qu'eux en macronie. Celle-ci est plus que jamais un hall de gare où se croisent tous les ex : ex-gaullistes, ex-chiraquiens, ex-giscardiens, ex-radicaux, ex-socialistes, ex-mitterrandiens, ex-rocardiens, ex-Verts... Un parti d'ex, centriste, ou plutôt excentrique, qui roule en zigzag,  jusqu'ici à droite, maintenant soudain à gauche."Le capitalisme est devenu fou", a lancé mardi le Président en stigmatisant la "captation des richesses par quelques-uns". Une seconde, on a cru qu'il allait entonner Debout, les damnés de la terre  et rétablir l'impôt sur la fortune pour les gros actionnaires. Mais non. Dans le car, les 72 élus de droite sont rassurés. Ils peuvent même se réjouir : ce coup de volant à gauche peut aider à ravir des villes aux socialistes.

​Michel Rouger

13/06/2019

Nono

Newsletter