Tags (1) : enseignement musical
1 produit sur 1 au total
Le conservatoire de musique : l'art et la manière
Pour certains, le conservatoire de musique est un lieu de plein épanouissement. Pour d'autres, il est un lieu d'élitisme ou d'excellence. Pour d'autres encore, le meilleur instrument pour dégoûter à tout jamais de la musique. Mais il est là, au cœur de la cité où il diffuse des concerts, propose des cursus d'apprentissage, favorise les rencontres... En réalité, il est en mutation. Que faire de son héritage? Comment se positionner face aux propositions musicales actuelles ? Comment répondre aux multiples usagers ? Lieu de culture et aussi de socialisation, le conservatoire est plus qu'un espace, il est une façon de penser le musical. Basé sur des observations et sur des travaux de recherche, cet ouvrage propose de réfléchir sur les enjeux du conservatoire en prenant position ou en interrogeant des pratiques qui peinent parfois à se renouveler. Il questionne aussi la place et les fonctions des acteurs, du directeur à l'élève.

(Participation aux frais de port : 2,40 €)
10,00 €
1 produit sur 1 au total


Le billet de la semaine

​Le grand débat national

Le peuple :
Rétablissez l'Impôt sur la fortune ! On veut la justice fiscale !
Le monarque républicain :
Pas touche pas à l'ISF ! Pas touche à mes réformes ! Pas touche aux riches !
Le peuple :
Nous, nous sommes surtaxés !
Le monarque :
Beaucoup n'ont pas le sens de l'effort. Mais oui aux  baisses d'impôts : quels services publics voulez-vous supprimer ?
Le peuple :
Il y a des millions de pauvres !
Le monarque :
Il y en  a parmi eux qui déconnent. Si on parlait plutôt des immigrés ?
Le peuple :
Mais c'est en dernier dans notre cahier de doléances !
Embarras du monarque. Que faire de cette idée - une « diversion nauséabonde » a dit SOS Racisme - inspirée par Sarkozy, l'un de ses conseillers aujourd'hui préférés ? Et qu'adviendrait-il, au final, du grand débat national ? Au moins, se réjouissait-il, le peuple semblait vouloir réduire le poids de ses représentants jugés trop nombreux et trop payés. Et c'est ainsi que clopinait la démocratie dans cette Ve République à l'hyper présidence de plus en plus baroque : un jour, peut-être, ferait-elle l'objet d'un grand débat dans le pays. 

Michel Rouger

17/01/2019

Nono

Newsletter