La Lettre d'Histoires Ordinaires


27/01/2020




Appel aux volontaires pour lire et analyser des portraits

Comme prévu, pour préparer les 10 ans d'Histoires Ordinaires en novembre prochain, un travail d'analyse de nos 450 portraits a été lancé pour dégager des similitudes, des liens, des thèmes qui font sens. Marie-Anne Divet et Alberte Skoric qui l'animent recherchent des lectrices et lecteurs qui aimeraient partager cette recherche avec elles : relire en binômes une dizaine de portraits chacun·e pour en dégager les idées-forces. Pour rejoindre le groupe et pour tout renseignement, prendre contact : redaction@histoiresordinaires.fr

Audience, alliances...

Audience du site : très bon début d'année. -  Après une belle hausse en janvier (23 709 visites, + 57 % sur janvier 2019), février affiche déjà, au samedi 22, 20 920  visites contre 14 001 pour l'ensemble de février 2019 (13 477 lecteurs différents contre 8 144).

Des partenariats en vue. - Grâce à un adhérent informé par la dernière lettre aux adhérent·e·s, un contact est établi avec Radio Laser  qui invite Histoires Ordinaires à l'antenne le 1er avril à 17 h. Des projets sont aussi en cours avec Les Films de l'Autre Côté  (production et de prestations audiovisuelles) et les reporters d'Ici Bazar  (en ce moment sur le site).

Histoires Ordinaires sur FR3 Bretagne. Interview  à retrouver en replay dans le 19/20 du 11 février (à la minute 28).
 
Adhésions. -  Pour rappel : sur le site, cliquer tout en haut sur l'onglet "Rejoignez-nous". Tous les renseignements y sont et l'adhésion de base ne change pas :  20 €.

Vous les découvrirez bientôt

De g. à d. Un candidat maire champion du vivre ensemble ; une agricultrice engagée avec les femmes de l'association Adage ainsi que sur sa commune ; des jeunes paysans qui peuvent s'installer grâce à la mobilisation d'un territoire.

De g. à d. : une jeune femme engagée auprès des jeunes des quartiers avec Proxité ; les chevilles-ouvrières du théâtre Quidam et ses conférences décalées ; la créatrice d'une opération de soutien à des malades du cancer. 






Le billet de la semaine

​Le prof et Mahomet


Un crime horrible. De nouveau la France levée pour défendre les valeurs républicaines, la liberté d'expression, l'éducation laïque, ses profs. Revenu le dessin de Cabu de Mahomet effondré : « C'est dur d'être aimé par des cons ». Être Mahomet aujourd'hui en France, c'est vraiment un chemin de croix, aurait dit son ami Jésus. Il y a les islamistes qui le trahissent et les ignorants d'en face qui le salissent, deux camps opposés, deux alliés de fait qui se nourrissent l'un l'autre de leur intolérance, l'islamiste sur les écrans des réseaux sociaux, le français zemourien sur l'écran du très catholique Bolloré. Mahomet souffre aussi beaucoup pour les siens, pour la foule des musulmans fidèles à une République qui ne les entend pas, qui continue à les reléguer aux marges des villes, de l'emploi et de la culture. Pourtant, sans le soutien de cette majorité musulmane républicaine aujourd'hui à leurs côtés, les profs ne peuvent pas mener leur combat héroïque pour la liberté de pensée. Pour comprendre ça, il n'est pas pas besoin, comme dirait Mahomet, de faire un dessin.

Michel Rouger
billet.mp3 billet.mp3  (607.83 Ko)


20/10/2020

Nono