Arts Plastiques

Un croqueur d'âmes au pays de Brocéliande


29/05/2018

Sous son inséparable gâpette, les traits de ses crayons, les notes de son saxo, que peut bien cacher Luc Pérez, le caricaturiste généreux, l'agitateur joyeux du pays de Brocéliande en Bretagne ? "Les rencontres les plus extraordinaires, dit-il, ce sont les gens méconnus, simples, je gagne peut-être moins d'argent mais c'est fort." Un provocateur, c'est sûr.




Avec Madeleine et Charles
Avec Madeleine et Charles
luc_perez.mp3 Luc Perez.mp3  (8.89 Mo)

Par quoi commencer ? Par le festival Croq and Mob où il envoie une escouade de dessinateurs croquer et pétarader à travers la campagne ? Par les Portraits livrés d'Arsène, Denise, une vingtaine d'anciens du pays ? Par son action auprès d'enfants hospitalisés? Ou par sa chanson déjantée Yaka Focon ?  L'imaginaire que l'on sait fécond au pays de Brocéliande a drôlement atteint le citoyen Luc Pérez domicilié au hameau reculé du Villeu Giffard sur la commune de Gaël.

Commençons par ces Portraits livrés  qui continuent de circuler depuis un an, expo après expo, à travers les communes. L'artiste de Gaël y donne toute sa mesure. « Depuis toujours, j'aime la caricature de portrait, l'expression des gens », explique l'ancien élève de l'Ecole Nationale Supérieure d'Art de la Villa Arson, à Nice, puis des Beaux-Arts de Nantes. C'est cela qui taraudait, au lycée de Bréquigny, à Rennes, l'adolescent plutôt cancre venu de sa campagne au nord de la ville. « J'ai été sauvé par ma prof d'arts plastiques», dit-il. Merci Madame Méchain. 

Avec Arsène
Avec Arsène

« "Je voudrais que les gosses voient ça !" »

Logiquement, Luc Pérez a commencé à poser son chevalet dans la vraie vie, la rue, croquant le passant durant trois ans à Dinard, Dinan, la Ville Close de Concarneau, avant de glisser vers l'évènementiel, de saisir les visages dans les soirées de fin d'année, les fêtes de comités d'entreprise et autres cocktails. Ce qu'il fait toujours, et depuis vingt ans. 

Mais rien ne pouvait le ravir davantage que la proposition, un jour de 2017, de Marylène Hignet et Virginie Lescop, animatrices culturelles sur la communauté de communes Saint Méen - Montauban : enrichir l'opération de portage de livres à domicile pour les personnes à mobilité réduite en leur proposant de raconter leur vie et de faire leur portrait.

Luc Pérez est parti ainsi frapper à la porte d'Arsène, Denise, Charles, Daisy, Denise, Etienne et Maria... en tout une vingtaine d'anciens qu'il a écoutés, enregistrés, croqués sur son carnet avant de travailler leur portrait dans son atelier. « Au début, ils étaient réservés, après ils étaient fiers : "Je voudrais que les gosses voient ça !" » 

Depuis, Luc Pérez vit une vraie aventure avec eux. Joies et peines mêlées. « On vient d'enterrer Arsène », lâche-t-il. Arsène Bouétard, 97 ans, l'ancien maire de Saint-Maugan. « En racontant, il avait toujours les larmes aux yeux. »  Plus d'une fois, un ancien ou une ancienne lui a dit « Je vous dois combien ? » « Ça, c'est du beau boulot », conclut le caricaturiste au crayon toujours bienveillant.

Un croqueur d'âmes au pays de Brocéliande

Dix-huit caricaturistes à mobylette

Pas du genre à se moquer, non : « Dans mes caricatures, je n'ai jamais été méchant. J'essaie de me mettre dans la peau de l'autre et ici, il y a plein de gens super riches ! » En revanche, rire, oui ! Avec Luc Pérez, ça décoiffe souvent. Surtout quand dix-huit caricaturistes filent en mobylette par les départementales et les chemins de Brocéliande.

L'idée de Croq and mob a germé lors de résidences à Hanovre, en Allemagne. Au retour de ses rencontres avec le roi de "la caricature pop rock" Sebastian Kruger et d'artistes d'une douzaine de nationalités, Luc Perez revient dopé en Bretagne : « On va faire un truc. »

Au coin de feu, avec son copain Philippe Hervé, prof d'arts plastiques, peintre et motard, une idée surgit : « Faire un week-end de quatre-cinq jours, en mob, comme quand on était adolescent ! » Ils contactent Philippe Kalvez, le Cancalais, d'autres noms fusent.

En novembre 2014, au festival du carnet de voyage de  Clermont-Ferrand, Luc Pérez en parle à Cabu. Cabu se trouve trop vieux pour être de l'équipée mais il est séduit : « De tout cœur avec vous », écrit-il en dédicace sur le portrait que signe Luc Pérez. Cabu est assassiné deux mois plus tard. 

Luc Pérez et ses amis mettent d'autant plus de cœur à organiser début mai 2015 leur premier Croq and Mob. Ils sont douze à sillonner communes et villages pendant une semaine tout en croquant les gens sur les marchés,  les bistrots... Ils ont remis ça les deux années suivantes, en embarquant Frank Margerin en 2017. Croq and Mob, qui fait relâche cette année, a fait du bruit dans les bourgs...

Un croqueur d'âmes au pays de Brocéliande

« Les rencontres les plus extraordinaires, ce sont les gens méconnus »

Entre autres au bar La Fontaine, à Saint-Péran, haut lieu de culture, que les lecteurs d'Histoires Ordinaires connaissent à travers ce reportage  d'Alain Jaunault. Luc Pérez et ses amis y ont animé des soirées mémorables. Pour en saisir l'ambiance, retrouver ce bar étonnant, découvrir le compositeur de chansons Luc Pérez, regardez la vidéo ci-dessous où l'on découvre l'œuvre très euphonique et philosophique Yaka Fokon. Luc Pérez a ainsi une dizaine de chansons à son actif. Et son saxo n'est jamais très loin.

Derrière son apparence un peu lunaire, Luc Pérez est un talentueux touche-à-tout. Il crée aussi des affiches, a conçu un spectacle pour enfants ; et puis, avec l'association Myosotis, il va rencontrer des enfants hospitalisés une fois par mois ; une fois par mois aussi, avec le Foyer d'accueil médicalisé Goanag de St Méen-le-Grand, il accueille dans son atelier des adultes autistes. Même s'il « peut paraître rêveur », il va au bout de ses multiples projets. 

Toujours avec sa boîte à aquarelle, ses pinceaux et son carnet, il se balade avec un bonheur évident au milieu de l'humanité. Avec une préférence :  « Les rencontres les plus extraordinaires, ce sont les gens méconnus, très simples, les enfants, les handicapés ; avec eux,  je vais peut-être gagner moins d'argent mais c'est touchant, fort. »

Texte et photos : Michel Rouger



LUC PÉREZ ET SES AMIS CHANTENT YAKA FOKON

UN REPORTAGE DE F3 BRETAGNE SUR "CROQ AND MOB"






Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Août 2015 - 10:56 Héol, 4 ans après, l'énergie de peindre...

Vendredi 9 Août 2013 - 08:16 Charlotte tricote des graffitis



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Un été français

Comment ça va à la maison ? Nous, on n'oubliera pas nos vacances en France ! La Coupe du Monde a provoqué une euphorie incroyable. Oubliée la France qui broie du noir, chipote, râle, proteste contre le foot-business et le reste Des gamins de banlieue devenus grands ont fait un miracle. Ils ont uni le pays. Tout d'un coup, des jeunes Noirs nés dans des quartiers décriés sont devenus Français. A Moscou, au nom de tout le pays et pour la fierté ainsi rendue, le président les a embrassés un à un, mouillant sa chemise en glissant à chacun un petit mot : « Dis à tes copains que je ressors le grand plan pour les banlieues », « Moi aussi, je vais jouer maintenant collectif », etc. On nous a dit que la France avait déjà vécu cette euphorie il y a vingt ans, en 1998. En juillet, elle était devenue soudain « black-blanc-beur » En septembre c'était fini. Pas grave, nous, on sera rentrés. C'était un grand moment.  

Michel Rouger

16/07/2018

Nono