Le billet

Sous les drapeaux


26/11/2015




C'est reparti. Anéantir des bandes d'assassins fanatisés ne suffit pas. C'est la Guerre. Le mot magique. La drogue des gouvernants, le régal des nationalistes, qui mystifie les peuples, réduit les libertés, paralyse la réflexion. Après cette guerre insolite, sans trêve ni armistice, quels lendemains sont prévus ? Les exclusions, les humiliations ont engendré des terroristes : écrase-t-on un problème de société, local et global, sous les bombes ? Voilà les Français rappelés sous les drapeaux mais est-ce le vrai bleu-blanc-rouge de la réconciliation républicaine ou celui des perpétuels va-t-en-guerre, aujourd'hui lepénistes et sarkozystes ? Dans le grand combat intérieur, qui va profiter de la réthorique guerrière ? « Vous n'aurez pas ma haine », a dit Antoine à ceux qui ont tué son épouse au Bataclan. Mais qu'entend-on mugir ces jours-ci dans la campagne électorale ? Alors que la République pleure encore, d'autres larmes pourraient couler en voyant certains sauter de joie le 6 décembre.

Michel Rouger






Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

J - 7 - 07/03/2019

​Algérie, suites - 28/02/2019

Déraciner la haine - 20/02/2019

​« Liberté ! » - 06/02/2019

​Patrons en lutte - 30/01/2019

L'espoir, enfin - 25/01/2019

​2018, la révolte - 13/12/2018

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono

Newsletter