Vu, Lu, Entendu...

Participez au prix Facile à lire Bretagne


25/01/2017



Participez au prix Facile à lire Bretagne
Depuis 2014, l'établissement régional Livre et lecture en Bretagne et l’association Les Chemins de lecture, créée par Françoise Sarnowski, ont mis en place dans les petites et moyennes bibliothèques des espaces proposant des livres de lecture aisée. 

Cette idée, venue des pays scandinaves, consiste à installer dans un espace attractif (dans une bibliothèque et ailleurs dans la ville) des livres adaptés aux personnes qui ne lisent pas, ou peu, ou plus, pour des raisons d'illettrisme, d'éloignement social, de handicap (personnes dyslexiques par ex), de culture différente (Sourds, migrants...) ou de dépendance due à l'âge.

Le prix Facile à lire Bretagne est dans la droite ligne de cette ouverture vers des publics empêchés de lire. Il leur sera proposé de voter pour l'un des huit ouvrages sélectionnés.

Les établissements participants proposeront des lectures et des mises en scène autour de la sélection et mèneront « des actions pour attirer dans ces événements les publics éloignés de la lecture » : lectures d'extraits, lectures-spectacle avec musique, débats sur les thèmes des livres, préparation à la rencontre avec les auteurs...

Le prix sera attribué en septembre prochain à l’auteur qui aura rassemblé le plus de voix. Un deuxième prix sera également décerné à l’établissement qui aura été le plus actif dans l’organisation de cette nouvelle édition du prix « Facile à lire Bretagne ».

Vous pouvez contribuer

Le budget est insuffisant pour atteindre ces objectifs de médiation et d'accessibilité portés par Les Chemins de lecture. " Nous avons besoin de vous car cette 1ère édition du Prix Facile à lire, expérimentale en Bretagne, va être très observée par d'autres régions, qui s'engagent aussi peu à peu dans le "facile à lire" ! " écrit Françoise Sarnowski sur le site Kengo, chargé de collecter l'argent.

A quoi servira-t-il ?  à financer les médiations dans les 13 communes qui se sont engagées dans la démarche du Prix facile à lire Bretagne" et à contribuer à la prise en charge des rencontres avec les auteurs / illustrateurs. 

En échange, vous recevrez tout d'abord un reçu fiscal vous permettant de déduire 66% de votre don sur vos revenus 2017 et des invitations que vous pouvez découvrir sur le site Kengo






Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Vouloir rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher lentement ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono