Vu, Lu, Entendu...

25/01/2017

Participez au prix Facile à lire Bretagne




Participez au prix Facile à lire Bretagne
Depuis 2014, l'établissement régional Livre et lecture en Bretagne et l’association Les Chemins de lecture, créée par Françoise Sarnowski, ont mis en place dans les petites et moyennes bibliothèques des espaces proposant des livres de lecture aisée. 

Cette idée, venue des pays scandinaves, consiste à installer dans un espace attractif (dans une bibliothèque et ailleurs dans la ville) des livres adaptés aux personnes qui ne lisent pas, ou peu, ou plus, pour des raisons d'illettrisme, d'éloignement social, de handicap (personnes dyslexiques par ex), de culture différente (Sourds, migrants...) ou de dépendance due à l'âge.

Le prix Facile à lire Bretagne est dans la droite ligne de cette ouverture vers des publics empêchés de lire. Il leur sera proposé de voter pour l'un des huit ouvrages sélectionnés.

Les établissements participants proposeront des lectures et des mises en scène autour de la sélection et mèneront « des actions pour attirer dans ces événements les publics éloignés de la lecture » : lectures d'extraits, lectures-spectacle avec musique, débats sur les thèmes des livres, préparation à la rencontre avec les auteurs...

Le prix sera attribué en septembre prochain à l’auteur qui aura rassemblé le plus de voix. Un deuxième prix sera également décerné à l’établissement qui aura été le plus actif dans l’organisation de cette nouvelle édition du prix « Facile à lire Bretagne ».

Vous pouvez contribuer

Le budget est insuffisant pour atteindre ces objectifs de médiation et d'accessibilité portés par Les Chemins de lecture. " Nous avons besoin de vous car cette 1ère édition du Prix Facile à lire, expérimentale en Bretagne, va être très observée par d'autres régions, qui s'engagent aussi peu à peu dans le "facile à lire" ! " écrit Françoise Sarnowski sur le site Kengo, chargé de collecter l'argent.

A quoi servira-t-il ?  à financer les médiations dans les 13 communes qui se sont engagées dans la démarche du Prix facile à lire Bretagne" et à contribuer à la prise en charge des rencontres avec les auteurs / illustrateurs. 

En échange, vous recevrez tout d'abord un reçu fiscal vous permettant de déduire 66% de votre don sur vos revenus 2017 et des invitations que vous pouvez découvrir sur le site Kengo





Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires