Le billet

Les barbares


25/09/2014




L'assassinat d'Hervé Gourdel horrifie et révolte. Depuis le 19 septembre, la France est clairement en guerre et l'ennemi, sanguinaire et invisible, actualise nos vieilles peurs. Les tueurs de l'État islamique sortent tout droit du moyen-âge mais partagent leurs crimes sur internet. Ce sont des barbares modernes. Des barbares. Le mot revient en boucle. C'est alors qu'une question plane soudain. Qui va établir les échelles de la barbarie et de l'innocence ? Les barbaries d'État, les guerres civiles, coloniales, pétrolières, les guerres de Netanyahou, Assad, Bush, les guerres africaines délaissées, sont-elles moins barbares et leurs victimes civiles déchiquetées moins innocentes ? Il y a juste 60 ans, à la Toussaint 1954, commençait la guerre d'Algérie. Notre barbarie coloniale n'est pas si lointaine. Sur la terre martyre de Kabylie, le sang d'Hervé Gourdel a rejoint celui de milliers d'autres innocents. 

Michel Rouger






1.Posté par Patrig K le 26/09/2014 00:43
Eurêka ! Et si on mettait en place une échelle internationale de classement des événements barbares, ou une échelle internationale de classement des incidents et accidents de barbaries institutionnelles, néo-fascistes, d'entreprise individuelle, et par exemple, un peu à l'égal de celle pour les risques nucléaires, la fameuse INES ...Avec l'IBES ... Il y aurait ainsi de la graduation, selon des critères qu'il reste à définir .... Cela pose une autre question : Mais qui donc définit les doses et calibre l'horreur ... ?

2.Posté par Mandon le 26/09/2014 10:00
Barbaros en grec ancien :veut dire l'étranger, le non grec, celui qui n'est pas citoyen.
De quoi peut être penser le monde autrement ?

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

La bonne éducation

On parle beaucoup des violences policières. Beaucoup trop. Et trop en mal surtout. Ainsi, aujourd’hui, dans le conflit sur la réforme du bac. Comment peut-on sous-estimer à ce point l’effet bénéfique du baston pédagogique sur les apprentis rebelles ? La crainte positive suscitée par les bataillons casqués  sur les écrans des réseaux sociaux et des chaînes – éducatives – d’info en continue ? Le 6 décembre 2018, à Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes de 12 ans et plus, s’étaient retrouvés à genoux mains sur la tête entourés de policiers matraque en main. Un précédent intéressant. Ces dernières semaines, les gardes à vue de lycéens se multiplient, parfois jusqu’à 48 h, dans des locaux glauques. Ainsi peuvent-ils apprendre la vie. Il faut aller plus loin. Pourquoi ne pas déplacer par exemple les heures de colle au commissariat de quartier ? Agissons pour rétablir la chaîne de l’Autorité. Le Président, les maîtres, les pères. Tiens-toi droit à table, mon fils, ou j’appelle la police.

Michel Rouger

13/02/2020

Nono

Newsletter