Le billet

05/12/2013

Le fantôme



C'était mercredi, vers 11 h, en ville. Ciel gris et jour banal. Et soudain... Là, venant en face, un revenant. Un prêtre antique, portant lourde étole et blanc surplis par dessus sa soutane noire. Il fonçait sur le trottoir à pleines voiles. D'où venait-il, où courait-il ? Y-avait-il eu bisbille à la paroisse ? « Vous appelez ça une crêche ! » S'en allait-il offrir l'onction suprême à un fidèle au bord du grand passage ? Avait-il simplement entendu un appel de la prostate, organe en plein d'actualité  ? Les experts penchent plutôt pour un fantôme. Disparu il y a quelque cinquante ans, cet abbé-là, moins connu des jeunes que le mollah, parviendrait aujourd'hui à réapparaître pour guider aussi nos âmes en ces temps troublés, entortiller les pauvres, bannir la prostituée, absoudre le banquier, offrir son radar aux bonnets rouges et autres révoltés. Le fantôme  de mercredi s'est évanoui. Une hallucination peut-être. Ou un symptôme, un signe ostentatoire hallucinant. 
 
Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Article n°2697 - 19/11/2020

​? - 05/11/2020

​Ok, c'est bon... - 30/10/2020

​Democratic Circus - 14/10/2020

​Stop - SUVisme - 08/10/2020

Couché ! Pas bouger - 01/10/2020

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

1 2 3 4 5 » ... 23






Le billet de la semaine

​Que d'histoires...


Jeudi soir 18 septembre 2010. Un clic et Marcelle, Simon, Francis,  Magali, Vincent... se retrouvent soudain sur le net, partageant passions et combats, idées et énergie. Ils, elles, ont 22 à 88 ans, sont retraité.e.s de La Poste, fermier écolo, éducateur, cheffe d'entreprise, étudiant. Leurs histoires, ordinaires et si peu banales, sont les premières d'une longue série : 478 exactement dix ans plus tard sur le webmagazine, les blogs, les livres, le webdoc. Des centaines de milliers de lecteurs sont passés, se sont arrêtés sur l'une ou l'autre, y ont puisé des moyens pour surmonter le désenchantement ambiant, leur sentiment d'impuissance, imaginer, créer déjà un monde un peu meilleur. Alors, bien sûr, on va continuer. Ces dix ans sont une étape. Un travail est engagé pour consolider économiquement le projet pour le transmettre dans les années prochaines à une génération plus jeune. Cette fois encore, les lectrices et lecteurs, devenus sociétaires, nous y aideront. Et contre les virus qui accablent les humains, Histoires Ordinaires va continuer avec tant d'autres à propager le meilleur des vaccins, l'engagement.

Michel Rouger
vocal_001_13.mp3 Vocal 001.mp3  (695.58 Ko)


19/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires