Le billet

La Planque


07/11/2014




Avertis par un lanceur d'alerte tapi dans un grand cabinet de conseil, des journalistes d'investigation viennent de révéler l'ampleur du scandale. Le Luxembourg subtilise chaque année des dizaines de milliards de dollars dus à ses voisins européens par des accords fiscaux secrets passés avec 340 multinationales. Au cœur de l'Union Européenne : La Planque. Défendue par un pirate sympathique : Jean-Claude Juncker. L'Union se promet d'attaquer le pays à double fond, l'Union qui est présidée par un européen convaincu : Jean-Claude Juncker. De belles scènes de théâtre politique s'annoncent. Guignol à Bruxelles, Strasbourg, Luxembourg avec les Ikea, Apple, Amazon et autres géants de l'économie en marionnettistes. Elles amuseront les cyniques, pas les citoyens européens, de moins en moins secourus par leurs États filoutés par le Grand-duc.

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

La bonne éducation

On parle beaucoup des violences policières. Beaucoup trop. Et trop en mal surtout. Ainsi, aujourd’hui, dans le conflit sur la réforme du bac. Comment peut-on sous-estimer à ce point l’effet bénéfique du baston pédagogique sur les apprentis rebelles ? La crainte positive suscitée par les bataillons casqués  sur les écrans des réseaux sociaux et des chaînes – éducatives – d’info en continue ? Le 6 décembre 2018, à Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes de 12 ans et plus, s’étaient retrouvés à genoux mains sur la tête entourés de policiers matraque en main. Un précédent intéressant. Ces dernières semaines, les gardes à vue de lycéens se multiplient, parfois jusqu’à 48 h, dans des locaux glauques. Ainsi peuvent-ils apprendre la vie. Il faut aller plus loin. Pourquoi ne pas déplacer par exemple les heures de colle au commissariat de quartier ? Agissons pour rétablir la chaîne de l’Autorité. Le Président, les maîtres, les pères. Tiens-toi droit à table, mon fils, ou j’appelle la police.

Michel Rouger

13/02/2020

Nono

Newsletter