Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

L'amateur de politique à l'ère numérique


22/11/2012

Dans son ouvrage "le sacre de l'amateur", Patrice Flichy consacre un chapitre entier aux "amateurs et la citoyenneté". On trouve là des clés de lecture intéressantes pour comprendre dans quel mouvement s'inscrit l'engagement et le formidable travail des amateurs de politique s'exprimant sur la toile,comme Bernard Gonel. Ces "experts de l'en bas", comme les appelle aussi Patrice Flichy. Voici quelques "morceaux choisis".




L'amateur de politique à l'ère numérique
Patrice Flichy, professeur de sociologie à l'université Parie Est, Marne la Vallée, dans son ouvrage "Le sacre de l'amateur, sociologie des passions ordinaires à l'ère numérique" rend compte de la "révolution silencieuse" que nous vivons avec « la montée en puissance des amateurs, ces passionnés qui ne sont ni des novices, ni des professionnels, mais de brillants touche-à-tout. Grâce à l’informatique et au web participatif, ils ont investi tous les aspects de la culture contemporaine.. »
Selon l'auteur« Cette démocratisation des compétences contrebalance l’élitisme de nos sociétés et prolonge la démocratisation politique et scolaire que nous connaissons depuis deux siècles. Un nouveau règne s’annonce, qui brouille toutes les frontières : celui du pro-am(professionnel-amateur), citoyen-acteur, expert autodidacte, créateur à part entière. »

Nous conseillons la lecture de ce court (98 pages), très lisible et passionnant ouvrage - édité au Seuil, dans la collection "République des idées ".
Vous pouvez aussi écouter l'interview de Patrice Flichy sur France Culture, du 11 Juin 2010. 26' pour introduire la lecture du livre.


Voici quelques "morceaux choisis" du chapitre consacré à l'engagement politique.
 
 
 
 

Les amateurs et la citoyenneté

« De même que les pratiques artistiques amateurs ont ouvert le champ de la culture, de même l'activité politique amateur étend le domaine de la citoyenneté. Elle se manifeste par la production d'opinions et la participation à ces nouvelles agoras que sont la blogosphère et les forums en ligne. L'amateur de la chose publigue est un citoyen qui veut s'informer par lui même, exprimer ouvertement son opinion, développer de nouveaux modes d'engagement. Il se méfie des experts spécialistes et n'accorde pas toujours sa confiance aux représentants qu'il a contribué à élire. On est ici au cœur de la démocratie d'interaction  » (réf Pierre Rosanvallon ).

« De nombreux amateurs se situent dans une sphère autonome de production d'informations et d'opinions. Ils écrivent pour eux et quelques lecteurs... D'autres amateurs, au contraire, revendiquent leur position de citoyen concerné par un évènement, une question précise... Il veulent dénoncer des projets politiques, chercher à convaincre, rallier à une cause. On est ici dans le registre de la résolution de problèmes publics, alors que les premiers étaient dans celui du témoignage et de la sociabilité.  »
 
 
 
 

L'engagement "affranchi"

« Internet prend place dans l'activité politique. Plus profondément, il s'inscrit dans une transformation de l'action politique des citoyens. Selon jacques Ion, on est passé d'un engagement affilié (aux grands réseaux, aux grandes organisations politiques, syndicales) à un engagement affranchi. Le nous minuscule qui regroupe des individus singuliers, motivés par la dimension personnelle de leur action, a remplacé le nous qui réunit des acteurs anonymes et leur impose un mode de visibilité particulier. La parole individuelle s'est substituée à la parole collective exprimée par des porte-parole dûment mandatés.  »

« Jacques Ion observe également une autre modalité de l'engagement affranchi : le fait que l'action politIque ou citoyenne ne nécessite plus la présence simultanée des militants. Ces organisations, tel Amnesty international, fonctionnent sans coprésence physique, en utilisant au maximum le courrier et le mail... »
 
 
 
 

« Cette nouvelle action politique s'inscrit dans la "contre-démocratie étudiée par Pierre Rosanvallon qui voit dans internet "un espace généralisé de veille et d'évaluation du monde". Dans le cadre de l'action politique des amateurs, la contre démocratie prend toutefois des formes un peu différentes. A coté des deux registres de la veille et de la dénonciation, on peut en voir apparaître d'autres : celui de la construction du sens et de la conviction.  »


Morceaux choisis par Alain JAUNAULT
 
 
 
 






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​A la noix

Le camembert vegan à base de noix de cajou débarque sur nos tables, annonce mon journal. Dit comme ça, à la louche, ce camembert est plus que louche. Une faute. De goût. Pire : contre l'esprit. Ce n'est pas une nouvelle mode, comme la poule qui passera bientôt au salon plutôt qu'à la casserole. C'est une tendance lourde. La tendance du faux. Le business de l'agro-chimie s'avance masqué. Il fait croire qu'une pâte de produit exotique HEC (à haute empreinte carbone) est meilleure pour la planète  qu'un fromage AOC en circuit court. Il fabricote, en touillant des molécules, du faux steak saignant, des faux œufs, des fausses langoustines. Et pirate, en transformant les cerveaux en pâte molle, notre patrimoine culturel immatériel. Le pays aux 1 200 fromages doit résister. Continuer à têter sereinement le lait bio de notre vache à la mamelle généreuse qui broute et rumine paisiblement sur nos vertes prairies. La vache, le plus vegan de nos amis les animaux. 

Michel Rouger

08/02/2018

Nono