Le billet

Historique


14/12/2015




Historique : l'accord sur le climat, samedi, a été qualifié d'historique. Les attentats du 13 décembre resteront, pareillement, historiques. La crise des réfugiés et autres migrants a pris ces derniers mois une ampleur, là encore, historique. Quant au chômage et à la fracture sociale, ils atteignent un niveau tout autant historique. Sans doute vivons-nous une période qui change subrepticement le cours de l'Histoire. Celle-ci dira peut-être que c'est à Paris, le 12 décembre 2015, que les dirigeants du monde s'attaquèrent vraiment au dérèglement climatique. Peut-être : difficile de le présager. Un peu plus sûrement, elle risque de dire que les attentats et les malaises de la société changèrent alors notre mode de vie. Plus de sécurité, moins de libertés. Une extrême-droite en embuscade. Un état d'urgence prolongé. Mais le sursaut du second tour des régionales l'a montré, ce sont les citoyens qui détiennent toujours le fin mot de l'Histoire.

Michel Rouger

 





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

Virus

Panique. Nous sommes cernés. Il attaquait par l’Est, il arrive par le Sud. Les Bourses ont la fièvre, l’économie mondiale chancelle et dans les foyers, la moindre toux devient suspecte. Le rationnel perd ses défenses immunitaires. Bientôt va surgir une infox virale sur internet : la fin du monde approche. En fait, s’il faut bien sûr l’enrayer, le coronavirus n’est pas très méchant pour les corps, bien moins que la grippe qui, bien que peu violente, a déjà fait quarante morts cet hiver. Il atteint surtout  les esprits. Il s’y niche, mue, réveille les virus à l’affût : le racisme, le sensationnel, l’anxiogène. Lesquels, à leur tour, génèrent un virus redoutable : l’oubli. Sur Idlib, il pèse aussi lourd que les bombes. Dommage pour les enfants, les femmes et les hommes prisonniers de l’enfer : si le coronavirus arrivait jusque là, peut-être... 

Michel Rouger

26/02/2020

Nono

Newsletter