Le billet

Esclaves


08/03/2018




Rome, 4 mars 2018, tristes élections italiennes. Les populistes Di Maio et Salvini ont gagné. Comme ont gagné en 2016 les anglais Johnson et Farage sur le Brexit. Puis l'américain Trump. Et d'autres. Le populisme, de droite et de gauche, capitalise. Exploite chaque jour un peu plus les exploités. Les rend esclaves de leurs peurs et leurs colères. Leur ment. Casse les repères. Déteste le désaccord. Démolit la liberté d'informer : « La haine des médias est juste et saine », éructe en France un Jean-Luc Mélenchon. Le populisme enchaîne les esprits. Alors revient un souvenir. C'était il y a sept ans tout juste, le soir du 12 mars 2011, à Rome aussi, au Teatro dell'Opera. Devant le Premier ministre populiste Berlusconi en train de tailler dans la Culture, les musiciens et le public ont repris ensemble Le Chœur des esclaves, devenu chant rebelle. A réécouter, fortissimo.

Michel Rouger

2018_03_08_esclaves.mp3 2018 03 08 Esclaves.mp3  (1.8 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

J - 7 - 07/03/2019

​Algérie, suites - 28/02/2019

Déraciner la haine - 20/02/2019

​« Liberté ! » - 06/02/2019

​Patrons en lutte - 30/01/2019

L'espoir, enfin - 25/01/2019

​2018, la révolte - 13/12/2018

La panne - 06/12/2018

Chaussée glissante - 15/11/2018

Les vieux - 16/10/2018

​Quartier sensible - 04/10/2018

​L'œuf - 27/09/2018

​Le vieux Marcheur - 20/09/2018

Le changement - 06/09/2018

Un été français - 16/07/2018

1 2 3 4 5 » ... 16


Le billet de la semaine

Saintes chapelles

Que s'est-il passé lundi à Rome ? La liaison qui relie le divin quartier général, tout là-haut, à la colline du Vatican a soudain été interrompue. Le pape François, qui généralement reçoit bien les messages, surtout du Fils, a eu beau s'escrimer, rien n'y a fait : Saint-Esprit en dérangement, veuillez rappeler. C'est ainsi que François a fini par refuser la démission de Philippe Barbarin, le cardinal condamné à six mois de prison avec sursis. Le bon pape a cédé aux esprits malins du lobby cardinalice : tant pis pour les enfants victimes des pédophiles, pas touche à notre Chapelle ! Ce sacré esprit de chapelle est diabolique. Tous seront frappés, selon la Bible. Même les mécréants. Même la gauche française socialiste, écologiste et européenne dont les membres repeignent les mêmes figures chacun sur son mur en querellant le voisin. Il y a quelques jours, cependant, certains sont sortis de leurs chapelles : d'autres, maintenant, sont tentés de les suivre. Comme quoi les miracles existent, lâche François, à Rome, avec envie.

Michel Rouger

21/03/2019

Nono

Newsletter