12/07/2013

Enquête sur le néo journalisme


Non le métier de journaliste n'est pas mort et l'on sort de la consultation (car on ne peut plus dire seulement lecture) du "web documentaire" publié sur le site de France 4, enthousiaste. Que l'on soit adepte du journalisme participatif, d'investigation, d'opinion, citoyen informateur ou lanceur d'alerte, journaliste ou futur journaliste professionnel, le journalisme 2.0 ouvre les portes "d'une nouvelle alliance, comme l'appelle de ses vœux Edwy Plenel, entre professionnels et amateurs de l'information".


Enquête sur le néo journalisme
Le site se présente sous la forme d'une école virtuelle de journalisme.

Avec "la fabrique" du journaliste, dans la salle de cour et le conseil de classe on apprend les fondamentaux du métier, revisités par les nouvelles technologies de l'information.

"Le théorème" problématise l'évolution du métier.

Les "règles du jeu" rappellent les valeurs, l'intérêt et les limites du statut et de la carte de presse ; les règles fondamentales régissant toujours le métier. 

Si l'on suit attentivement cette série de leçons de journalisme, on peut décrocher sa carte de journaliste 2.0 en répondant aux question du Quiz.

Enfin, "aux archives", on peut découvrir le documentaire de Denis Robert et Nina Robert sur "le nouveau journalisme" dont les quatre épisodes sont diffusés le 5 et le 12 Juillet, sur France 4.  

Voila une mine d'information et de réflexion, pour tous ceux qui s'intéressent ou se destinent à ce qui doit rester un métier pour que soit assurée sa mission essentielle à la sauvegarde de la démocratie.

Rappelons que chaque année près de 30 000 candidats se présentent à la porte de la vingtaine de centre de formation au métier.

Pour rejoindre le site 









Le billet de la semaine

Dimanche soir


Ainsi, avançant l’été d’une journée, le gouvernement nous permet de fêter jusqu’au bout de la nuit le dimanche électoral. A quatre jours du scrutin, cette largesse ne peut que ravigoter les candidats Marcheurs qui ont dû mal à masquer leur gêne devant le mauvais coup porté à la Loi Molac et à diverses volontés populaires. Elle devrait permettre aussi aux présidents, secrétaires et assesseurs des bureaux de vote de célébrer autour d’un pot bien mérité un engagement citoyen qui fait bien défaut à chaque rendez-vous électoral. Car la démocratie, frappée par l'abstention, pourrait bien, elle, ne pas être à la fête dimanche soir. 

Michel Rouger
20210617_dimanche_soir.mp3 20210617 dimanche soir.mp3  (787.06 Ko)


17/06/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires