Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

26/02/2015

À lire : la République d'Ab Al Malik




À lire : la République d'Ab Al Malik
C'est un cri et en même temps un irrépressible acte d'amour  et de foi, à la République et la spiritualité laïque: il faut lire le petit ouvrage qu' Abd Al Malick publie dans la collection Indigène, celle du célèbre Indignez-vous de Stéphane Hessel. Un ouvrage écrit bien sûr à la suite des attentats de janvier et des questions qu'ils continuent de poser à la société. « Ma démarche, dit le rappeur-écrivain-cinéaste de la cité du Neuhof à Strasbourg, est apolitique, au sens de partisane ou de politique politicienne. Je ne recherche pas le pouvoir et ne briguerai jamais aucun mandat. Voici simplement ma parole, celle d'un citoyen concerné, comme des millions d'autres, par le présent et l'avenir de son pays. Celle d'un artiste qui ne vit pas en périphérie, mais en plein milieu d'une douleur que seule la fraternité véritable pourra guérir. » Lire aussi l'interview publiée par Télérama.

Place de la République, pour une spiritualité laïque, Éditions Indigène, 32 pages, 3,90€. 
 




Dans la même rubrique :


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono