Vu, Lu, Entendu...

26/01/2017

​Le beau parcours du film "Retour en Algérie" qui libère la parole des anciens soldats




​Le beau parcours du film "Retour en Algérie" qui libère la parole des anciens soldats
Depuis sa sortie en mars 2014, le film documentaire  "Retour en Algérie" réalisé par Emmanuel Audrain a donné lieu à quelque cent-vingt projections-débats à travers la France. Ces débats, auxquels participe toujours le réalisateur, sont forts. Après la projection du film, qui libère la parole des anciens appelés, c’est dans la salle que la parole se libère, celle d’anciens appelés, de leurs enfants…  Voir ici le reportage sur l'un de ces débats avec Emmanuel Audrain.

Le film, qui s’inscrit dans la démarche de l’association 4ACG (Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis, Contre la Guerre), donne lieu à de nouveaux moments forts à Paris durant deux mois, de fin janvier à fin mars. Dix projections-débats sont programmées avec Emmanuel Audrain et un invité, historien, écrivain ou journaliste. Elles ont lieu le samedi matin, à 11 h, au cinéma Luminor, 20 rue du Temple, dans le 4e arrondissement. (voir le dossier de presse ci-dessous)



Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono