Images

Son film et ses mots libèrent les Anciens d'Algérie


16/11/2015

Face à l'atrocité, parler pour chasser les tourments. De cette nécessité, les jeunes soldats jetés dans la guerre d'Algérie entre 1955 et 1962 ont été privés. Alors, Emmanuel Audrain s'en va de salle en salle son film « Retour en Algérie » en bandoulière. Sept anciens appelés y témoignent, se libèrent. Par centaines, depuis mars 2014, des anciens d'Algérie les ont vus à l'écran. Dans la salle, ils parlent à leur tour. Emmanuel Audrain est toujours là, leur met parfois la main sur l'épaule...




« C'est l'histoire de sept hommes, pas de la guerre d'Algérie. »
« C'est l'histoire de sept hommes, pas de la guerre d'Algérie. »
Le Resteria ne sera pas plein ce soir. En tout cas, Chantal et Marcel, deux des soixante bénévoles qui animent le cinéma associatif de Retiers, sont inquiets. Hier, à la cérémonie du 11 novembre, le président des Anciens Combattants a fusillé le documentaire "Retour en Algérie". Erreur. Peu après 20 h 30, une bonne centaine de personnes, des anciens appelés pour une moitié, et des proches, sont là, dans la salle, prêts à écouter Emmanuel Audrain.

Micro en main, le réalisateur les accueille d'une voix bienveillante, caressante. Il connaît les blessures intimes des anciens d'Algérie. Sept ans au moins qu'il vit avec. Depuis que Simone de Bollardière, la veuve du général qui « osa dire non » à la torture, l'entraîna un jour de 2008 à l'assemblée des « 4 ACG ».

C'est cette  association lancée par des paysans du Tarn qui a brisé le silence. « Ils se sont mis à parler, poursuit Emmanuel Audrain, et se sont aperçus :  "On a tous vécu la même chose".  » Il raconte lentement puis il conclut en désamorçant le malentendu qui guette : « C'est l'histoire de sept hommes, pas de la guerre d'Algérie. » 

Retour sur une douleur interdite


L'histoire du film, les acteurs, le DVD et ses Compléments : voir le blog Retour en Algérie


Retrouver le commentaire paru sur Rebelles non-violents lors de la sortie du film.


Voir aussi le portrait publié en 2011 de Rémi Serres, paysan retraité du Tarn, cheville-ouvrière de l'association 4ACG :
Rémi Serres a mal à sa guerre et à sa terre

« Personne n'était intéressé par ça... »

La lumière se rallume. « C'est un débat vivant que nous allons avoir. Monsieur ?... » Le public est grisonnant. Il a l'Algérie en mémoire. Il connaît. Le monsieur parle de Ferhat Abbas :  « Il y a eu aussi Messali Hadj, prolonge Emmanuel Audrain, ces hommes-là ne voulaient pas la guerre, ils n'ont pas cessé de demander l'égalité, et ne l'ont pas obtenu... »

Il poursuit : « J'aimerais poser la question à ceux qui sont allés en Algérie. Arrivez-vous à en parler avec vos enfants, les petits enfants... Oui, Monsieur ?.. » « Personne n'était intéressé par ça... » lâche l'ancien soldat ; aujourd'hui encore... » Le cinéaste-médiateur parle alors de Gilles Champain, l'un des sept de "Retour en Algérie" qui a fini par « offrir à son fils et sa fille le récit de sa vie ; il va maintenant dans les lycées : "J'ai un devoir de vérité," dit-il ».

Son film et ses mots libèrent les Anciens d'Algérie

« Vous avez raison mais… »

Surtout que personne ne se sente accusé. Emmanuel Audrain nomme les vrais responsables, les gouvernants. Il cite aussi « toutes les occasions manquées » de vivre en paix, ensemble, citant volontiers des anciens du FLN : « On n'a pas fait la guerre à la France, on a fait la guerre au colonialisme. »

Mais « tous les jours, dix jeunes tombaient, ce n'est pas assez souligné dans le film », reproche une voix. Et les crimes de l'autre bord ? »  Emmanuel Audrain répond : « Vous avez raison mais ce n'était pas le projet du film de faire le bilan de la guerre d'Algérie. » Souvent la salle elle-même vient le conforter :  « Un jour, en 2009, raconte une autre voix, j'étais à l'hôpital et j'ai lu dans les Cahiers de l'Histoire que sous Monsieur Thiers, on prenait les Algériens pour des "inférieurs." Ah ça ne m'a pas fait de bien !  »
 
Mais la discussion est toujours sur un fil. Soudain, un ancien appelé lance : « Ceux de là-bas, qu'ils nous laissent en paix chez nous ;  moi, je suis raciste : chacun chez soi. » Libérer la parole exorcice les tourments mais lâche aussi parfois les vieux démons, Front National aidant. Comment répondre à cela ? Sur le coup, Emmanuel Audrain n'a pas su et se le reprochait plus tard. Comprendre sans toujours accepter : pas simple...

« Il a su filmer les fêlures, entendre les douleurs »

La soirée s'est achevée, le Resteria s'est vidé. Lentement : plusieurs ont prolongé. Désormais, dans la région, on va peut-être reparler différemment de la guerre d'Algérie. Peut-être des anciens vont-ils maintenant se confier. Emmanuel Audrain, lui, continue sa route. Il en est à près de 80 salles depuis mars 2014, 80 débats. Soit, à raison d'une centaine de personnes en moyenne par séance, quelque 8 000 personnes touchées. 

C'est une petite musique dans le silence des grands médias mais elle est nécessaire. Indispensable aussi à son auteur. Le cinéma engagé au plus près des gens, c'est sa passion. Il a toujours offert « une écoute formidable à ceux que la vie a malmenés. Il a su filmer les fêlures, entendre les douleurs. Et nous les restituer avec une immense pudeur », écrit Caroline Troin sur le site Bretagne et Diversité (voir ci-dessous).
 

Lors d'un échange autour du film "Le testament de Tibhirine"
Lors d'un échange autour du film "Le testament de Tibhirine"

« On a besoin de partager ça »

«  Ce qui est le plus fort pour moi, confie-t-il, c'est faire comprendre tout l'humain qu'il y a dans notre métier, dans les gens qu'on filme. On a besoin de partager ça. » Cela fait une douzaine d'années qu'Emmanuel Audrain accompagne ses films dans les salles. Cela a commencé avec « Alerte sur la ressource » (2002), un  52 mn consacré à la question cruciale de la surpêche et à l'avenir des pêcheurs. Il s'en est allé alors de port en port discuter avec eux. « Je me donnais à fond et c'est là que j'ai appris », dit-il.

Appris les mots qui apaisent, entraînent dans la réflexion les contradicteurs les plus résolus. Par la suite, est venu notamment "Le testament de Tibhirine", (2006), le drame des moines assassinés en Algérie en 1996. Inévitablement, parfois, des anciens d'Algérie étaient déjà dans la salle, tel un ancien parachutiste compagnon de régiment de l'un des moines. «  Dans notre régiment, a-t-il témoigné, on ne torturait pas, par contre la torture s'est faite à grande échelle, oui. C'est une "tache" que nous, les militaires, continuons tous à porter. »

Aujourd'hui, avec "Retour en Algérie", l'incertitude est totale quand la soirée commence. « Parfois tu te fais agresser mais tu réponds : "Dites bien le fond de votre pensée" ;  je viens à côté, je mets la main sur l'épaule quand le gars est ému. L'important est qu'on se parle, qu'on échange. Alors, il finit par dire : "D'accord, je comprends".  Rencontrer des gens, c'est le plus beau des voyages. »

Michel Rouger

EMMANUEL AUDRAIN, L'HOMME ET SON ŒUVRE
 


POUR PROLONGER : REPORTAGE DANS LE VILLAGE ALGÉRIEN DE TAZLA






1.Posté par Rémi Begouen le 20/11/2015 12:54
Membre moi-même de 4acg, et ayant vu ce film, je suis heureux que vous en parliez si bien. Merci.
Je l'ai vu à St-Malo-de-Guersac (près de St-Nazaire) à l'invite de l'un des 7 camarades, Pierre Rambaud, qui font le sujet du film.
La salle était pleine - 150 ou 200 personnes - et Emmanuel Audrain a su, très bien, présider le débat, où j'ai pris la parole. Notamment pour faire le lien entre cette si sale guerre d'hier et ce si sale racisme d'aujourd'hui : nous avons beaucoup trop laissé la parole aux nostalgiques de "l'Algérie Française" et, nous les anciens d'Algérie, nous sommes trop longtemps tu... et restons trop peu à témoigner...

L'épouvantable actualité nous impose de redoubler d'efforts pour comprendre et faire comprendre : nos témoignages "d'anciens" sont plus que jamais importants à dire. C'est pourquoi, aujourd'hui même, paraît mon billet sur un blog ami : cailloux dans l'brouill'Art.
voir :

http://rodolediazc.blogspot.fr/2015/11/la-liberte-la-guerre.html?showComment=1448008334251#c749121615908995253

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >
   


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Visionnaire

Depuis soixante ans tout juste, le mouvement ATD Quart Monde nous invite à changer de regard sur les pauvres. Bien vu. Et d'une saisissante actualité. Éblouis toujours par une société d'apparences, conditionnés encore par des pouvoirs qui flattent les riches et regardent de haut les gens "qui ne sont rien", les citoyens, bientôt, ne pourront plus détourner les yeux. Reléguer dans une zone invisible des pauvres dont le nombre s'accroît au rythme des inégalités. Alors ils redécouvriront la solidarité, les savoirs, l'énergie, le sens du vivre ensemble dont témoignent par exemple les militantes et militants d'ATD Quart Monde auteurs de "31 histoires pour un monde autrement" que publient ATD et Histoires Ordinaires. On y voit déjà que ce nouveau regard peut tout changer, faire réapparaître l'indispensable. 

Michel Rouger

12/10/2017

Nono