Le billet

​0 / 20


11/12/2014




- Et toi, t'as combien ? 
- 5 /20 : je suis nul... 
Et voilà qu'on reparle de l'indéchiffrable notation scolaire à la française. La machine  à fabriquer des jeunes qui se sentent « nuls ». Des élèves angoissés, qui s'interdisent de parler, imaginer, oser, par peur d'échouer. En attaquant à son tour le monstre, en proposant d'évaluer plutôt les progrès de chacun, le Conseil national des programmes a aussitôt fait se lever l'habituelle armée des fétichistes de la note.
La République nous appelle ! Pour qu'un Français excelle, un autre doit sombrer. Vous, profs, tremblez pour votre note : qu'aucun de vous surnote l'élève qui dénote. Et vous, jeunes de France, acceptez tout petits les privilèges, les inégalités. Que règne la lutte des places, la lutte des classes en classe. Dès le CP . Le cours préparatoire, comme son nom l'indique, doit devenir une prépa.

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

Colère, sans masque

Je ne sais pas pour vous mais, ici, le virus de la colère a fini par franchir la barrière. Cette pénurie et cette quête obsédantes de masques, de tests, de lits, de respirateurs  et bientôt de médicaments révoltent. Car il y a dix ans, on les avait les masques ! En stock et fabriqués sur place. Holà, gabegie, on dit les gouvernements. Et des Français aujourd’hui meurent par centaines. Le monde entier n’a pas encore engendré des dirigeants et organisations à la hauteur des enjeux vitaux du XXIe siècle mais la démocratie française est particulièrement malade. Depuis dix ans, à s’occuper et décider de tout, jusqu’aux arrière-cuisines, nos trois petits monarques républicains Sarkozy, Hollande et Macron, ont été bien incapables de voir loin. D’avoir une vision. D’anticiper les dangers pourtant annoncés. En revanche, servir au jour le jour la minorité possédante, oui. Et aujourd’hui, plutôt que de rétablir l’impôt sur la fortune au nom de la solidarité, un ministre du Budget organise un appel aux dons, des sous m’sieudames pour nos entreprises, sans même porter un masque de carnaval.

Michel Rouger

02/04/2020

Nono

Newsletter