Vu, Lu, Entendu...

« Zéro chômeur de longue durée » : c'est voté


17/02/2016



« Zéro chômeur de longue durée » : c'est voté
Avec une rapidité et un consensus exemplaires, la  loi d'expérimentation « Zéro chômeur de longue durée" » portée par ATD-Quart Monde avec le soutien d'Emmaüs, du Secours catholique et du Pacte civique, a été adoptée en seconde lecture le 10 février à l'Assemblée nationale après accord entre sénateurs et députés le 2 février.

Toute l'attention se porte maintenant sur les décrets d'application. La question majeure porte sur le financement. L'expérimentation, prévue sur dix territoires à partir de juillet, aura-t-elle les moyens suffisants pour faire ses preuves ? ATD Quart Monde et ses alliés maintiennent la pression. Un nouveau temps fort est organisé le 9 mars à l'Assemblée nationale. La matinée sera consacrée à mieux comprendre les méthodes employées depuis deux ans sur une demi-douzaine de territoires précurseurs ; l'après-midi un comité de vigilance citoyen sera créé pour suivre l'expérimentation.

A lire sur les sites d'ATD Quart Monde et du Courrier des maires. On peut relire aussi sur Histoires Ordinaires le portrait de Patrick Valentin, père de l'expérimentation
 




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Vouloir rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher lentement ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono