Vu, Lu, Entendu...

26/06/2019

Une carte de la "presse pas pareille"





Le journal "L'äge de faire“ a réalisé une ”CARTE DE LA "PRESSE PAS PAREILLE". Le site Histoires Ordinaires, basé à Rennes, y est mentionné au titre des "Médias libres, indépendants, alternatifs…"

"Pour cette carte, explique la rédaction de L'âge de faire, nous avons adopté l’expression « presse pas pareille » lancée par le journal Le Ravi, basé à Marseille, pour définir des journaux non inféodés aux pouvoirs politiques et économiques. Parce qu’il fallait bien choisir, nous avons sélectionné les médias répondant grosso modo aux critères suivants :

ils produisent essentiellement du contenu écrit, sur papier ou en ligne.
ils n’appartiennent à aucun groupe industriel, financier, ni à aucun mouvement politique, syndical ou religieux.
ils sont détenus par leurs salarié·es, leurs lecteurs et/ou une association.
professionnels ou bénévoles, ils mènent une véritable démarche d’information, sans se cantonner à l’expression d’opinions.
ils sont favorables à une société plus juste et solidaire, sans exclure aucune catégorie de personnes.
la publicité n’occupe pas plus de 10 % de leurs pages."


Et cette carte dit toute la richesse de ces médias. Bonnes découvertes.
2019_06_26_une_carte_de_la_presse_pas_pareille.wav 2019 06 26 Une carte de la presse pas pareille.wav  (15.48 Mo)




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono