06/04/2020

Un documentaire émouvant sur Yann-Fañch Kemener, grande voix de la Bretagne


Il y a un peu plus d’un an, disparaissait Yann-Fañch Kemener, chanteur traditionnel et ethnomusicologue breton. Ronan Hirrien a réalisé un documentaire pour France 3 que l’on peut revoir sur youtube. Un bel hommage à ​une grande voix de la gwerz et du kan-ha-diskan, à un défenseur inlassable de la langue bretonne


Le jour de sa mort, le 16 mars 2019, France Musique rappelait le parcours de Yann-Fañch Kemener auquel la radio avait consacré, en février 2014, deux épisodes de l'émission "Les traverses du temps" que l'on peut aussi réécouter

Extrait :
"Né en 1957 à Sainte-Tréphine, en Côtes-d'Armor, Jean-François Quémener alias Yann-Fañch Kemener écoute dès son plus jeune âge le patrimoine musical breton, qui est transmis au sein de sa famille maternelle de génération en génération. Sa mère est une chanteuse et danseuse exceptionnelle et lui insuffle l'amour pour la gwerz, sorte de ballade inspirée de la mythologie et des légendes bretonnes, et pour le kan-ha-diskan,   ces chants à danser qui se chantent à cappella. Yann-Fañch Kemener les chante d'abord en famille et dès l'âge de 15 ans commence à se produire en scène, parcourant villes et villages de la Bretagne afin de populariser ce répertoire. Dès les années 1970, conscient de la menace qui pèse sur le patrimoine musical traditionnel breton,  il entame une collecte ethnomusicologie auprès des plus anciens afin de sauver ce répertoire de l'oubli"...  Lire la suite

 "Je pense que j'ai bien travaillé, a dit un jour Yann-Fañch Kemener, assez bien travaillé. J'aurais peut-être pu faire mieux ou plus. Je regrette peut-être de ne pas avoir fait plus ! Mais c'est comme ça. J'ai fait ce que je pensais bon pour moi. Et ça, je ne le regrette pas."



T.R.

 
https://www.youtube.com/watch?v=PFkjdzIzmrk




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 17






Le billet de la semaine

Fou


C’est fou de voir dans quels égarements conduit la récupération politique du malheur, de l’émotion collective d’un fait divers. Présidents de la République en tête. Courant après Le Pen père et fille, Nicolas Sarkozy s’en était fait une spécialité. Emmanuel Macron vient de sauter dans sa foulée. Le 14 avril, dans l’affaire Halimi,  la Justice a conclu à l’irresponsabilité pénale du meurtrier pris d’une "bouffée délirante" liée au cannabis : aussi sec, le Président de la République a demandé un "changement de la loi au plus vite". A problème de société complexe, réponse réflexe, irrationnelle. On peut se shooter volontairement pour commettre un acte programmé mais dans la plupart des cas l’usage des stupéfiants est lié à d’autres troubles ou à des conditions de vie difficiles voire dramatiques où la responsabilité des gouvernants dépasse celle des individus. Quand on sait que le nombre des malades psychiques en prison est déjà l’un des grands scandales français, ces récupérations électoralistes tiennent quelque part du délire. 

Michel Rouger
20210422_fou.mp3 20210422 Fou.mp3  (1.14 Mo)


22/04/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires