Vu, Lu, Entendu...

06/04/2020

Un documentaire émouvant sur Yann-Fañch Kemener, grande voix de la Bretagne


Il y a un peu plus d’un an, disparaissait Yann-Fañch Kemener, chanteur traditionnel et ethnomusicologue breton. Ronan Hirrien a réalisé un documentaire pour France 3 que l’on peut revoir sur youtube. Un bel hommage à ​une grande voix de la gwerz et du kan-ha-diskan, à un défenseur inlassable de la langue bretonne


Le jour de sa mort, le 16 mars 2019, France Musique rappelait le parcours de Yann-Fañch Kemener auquel la radio avait consacré, en février 2014, deux épisodes de l'émission "Les traverses du temps" que l'on peut aussi réécouter

Extrait :
"Né en 1957 à Sainte-Tréphine, en Côtes-d'Armor, Jean-François Quémener alias Yann-Fañch Kemener écoute dès son plus jeune âge le patrimoine musical breton, qui est transmis au sein de sa famille maternelle de génération en génération. Sa mère est une chanteuse et danseuse exceptionnelle et lui insuffle l'amour pour la gwerz, sorte de ballade inspirée de la mythologie et des légendes bretonnes, et pour le kan-ha-diskan,   ces chants à danser qui se chantent à cappella. Yann-Fañch Kemener les chante d'abord en famille et dès l'âge de 15 ans commence à se produire en scène, parcourant villes et villages de la Bretagne afin de populariser ce répertoire. Dès les années 1970, conscient de la menace qui pèse sur le patrimoine musical traditionnel breton,  il entame une collecte ethnomusicologie auprès des plus anciens afin de sauver ce répertoire de l'oubli"...  Lire la suite

 "Je pense que j'ai bien travaillé, a dit un jour Yann-Fañch Kemener, assez bien travaillé. J'aurais peut-être pu faire mieux ou plus. Je regrette peut-être de ne pas avoir fait plus ! Mais c'est comme ça. J'ai fait ce que je pensais bon pour moi. Et ça, je ne le regrette pas."



T.R.

 
https://www.youtube.com/watch?v=PFkjdzIzmrk





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 11


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Liberté

46 jours. Ça fait 46 jours qu’on est assignés, bouclés dans 3,1416 km², sans pouvoir frôler, toucher, embrasser, festoyer, jogger, bicycletter, surveillés par des policiers à pied, à cheval, à vélo, à moto, en auto, en hélico, épiés par des collabos... Y’a que d’aller bosser qui rend libre, chose au reste discutée depuis l’aube de l’humanité. Au moins, nous voilà à J-11 de la semi-liberté conditionnelle. Sauf que le gouvernement continue de bricoler son StopCovid d’apprenti sorcier. Alors là, geste barrière : Stop au StopCovid. Le confiné sur canapé, qui poste à qui veut sa vie privée sur son smartphone, doit cette fois dire non. Non à tous les virus de l’e-surveillance politique qui mutent vite en virus Xi Jinping que la dictature chinoise veut répandre dans les démocraties : il est déjà à Nice… Ne pas sacrifier la Liberté au besoin de sécurité qui se nourrit de toutes nos peurs est un bon sujet de réflexion et d'action pour les 220 jours de semi-liberté qui nous attendent sans doute d’ici le réveillon. Quand enfin on s’embrassera. Bonne Année ! La santé surtout. Et la Liberté. Peut-être...

Michel Rouger

30/04/2020

Nono












Partenaires