Le billet

Touche pas à ma prison


10/10/2013




Au poteau, Taubira. « Laxiste ! », ont lancé les chefs de droite et d'extrême-droite. « Laxiste ! », a repris la foule. La ministre veut réduire le nombre d'admission à  « l'école du crime », la prison, en créant une « contrainte pénale »  pour les délits passibles de moins de cinq ans.  Plus humain et aussi plus efficace : chacun sait qu'un petit délinquant envoyé dans nos prisons surpeuplées en sort souvent enragé et expert en mauvais coups. Mais justement : trahison ! Qu'est-ce qu'il va devenir le député de fer sans ses récidivistes ? Sur les marchés, il sera aussi paumé que le gars quittant la maison d'arrêt. Il lui faut des enragés pour être élu sur l'insécurité. Ainsi, le sarkozisme a rempli les prisons, des promotions de récidivistes en sortent brillamment et le Front National rafle la mise. À qui profite le crime ? Telle est toujours la question.

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono

Newsletter