Teatro e dança

Com a coreógrafa Joana Providência, dança a vida quotidiana do mundo - 01/02/2018

É difícil de imaginar Joana Providência trancada numa sala de espetáculo, construindo uma coreografia sozinha. Para dar vida ao movimento, ela tem de conhecer pessoas, sejam elas, artistas, filósofos ou pastores. Dialogar para tocar as raízes da nossa humanidade, em busca do que nos liga e nos conecta, além do tempo e do espaço.


Le billet de la semaine

Virus

Panique. Nous sommes cernés. Il attaquait par l’Est, il arrive par le Sud. Les Bourses ont la fièvre, l’économie mondiale chancelle et dans les foyers, la moindre toux devient suspecte. Le rationnel perd ses défenses immunitaires. Bientôt va surgir une infox virale sur internet : la fin du monde approche. En fait, s’il faut bien sûr l’enrayer, le coronavirus n’est pas très méchant pour les corps, bien moins que la grippe qui, bien que peu violente, a déjà fait quarante morts cet hiver. Il atteint surtout  les esprits. Il s’y niche, mue, réveille les virus à l’affût : le racisme, le sensationnel, l’anxiogène. Lesquels, à leur tour, génèrent un virus redoutable : l’oubli. Sur Idlib, il pèse aussi lourd que les bombes. Dommage pour les enfants, les femmes et les hommes prisonniers de l’enfer : si le coronavirus arrivait jusque là, peut-être... 

Michel Rouger

26/02/2020

Nono

Newsletter