Le billet

23/11/2017

Tais-toi et marche



Deux-cents jours qu'il nous fait marcher. Deux-cents jours que nous marchons. Le Président parvient à maintenir la cadence. Son parti de supporteurs marche au pas derrière le lieutenant Castaner. Les ex-socialistes continuent de marcher sur leurs convictions passées. Le Medef et les ultra-riches cherchent à accélérer le mouvement. Certes, les syndicats traînent la jambe depuis la farce de dialogue social sur les ordonnances, les associations aussi depuis la chute des contrats aidés, ou encore les élus locaux privés de taxe d'habitation, soumis encore plus à l'État, bientôt moins nombreux... Mais leur grogne n'entrave en rien la grande marche en avant. Nous marchons. Vers où ? On ne sait pas vraiment. Vers moins de démocratie et plus d'inégalités, ça c'est sûr. Le passé semble notre avenir. Pour le reste... Heureusement, le chef sait. Il nous montre le chemin en souriant aux lendemains qui chantent. Alors marchons. Aujourd’hui, demain, jour après jour.

Michel Rouger

tais_toi_et_marche.mp3 Tais toi et marche.mp3  (1.79 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires