Vu, Lu, Entendu...

07/02/2019

Sur "Portraits documentaires", le Cyclotour d'Europe Musical d'Alexandre Hagenmuller





L'année dernière, master en direction de projets culturels en poche, Alexandre Hagenmuller a enfourché son vélo et a quitté Strasbourg avec un beau projet dans ses sacoches : "Prouver que la musique peut faire tomber la barrière des différences." 

Durant huit mois, il a parcouru 12 000 km et enchaîné les étapes dans vingt-deux pays différents, de Strasbourg à Istanbul, et rencontré une soixantaine de groupes de musiciens qu'il a enregistrés avec l'idée de créer un album en libre écoute sur internet.

Notre ami documentariste Clovis Gicquel, collaborateur d'Histoires Ordinaires, a réalisé ce très beau portrait pour sa websérie "Portraits documentaires." Alexandre Hagenmuller, qui a réalisé lui-même un moyen-métrage présenté lors d'une tournée franco-belge à l’automne 2018, s'est attelé surtout à faire venir en France au printemps 2019 une partie des musiciens rencontrés. Le premier "micro-festival du Cyclotour d'Europe Musical" va se dérouler les 26 et 27 Février à La Rochelle Deux autres vont suivre à Nantes et à Bordeaux en avril.

Pour faire venir ainsi des musiciens européens, Alexandre Hagenmuller a lancé une opération de financement participatif.
 
POUR ALLER PLUS LOIN :
Sa page Facebook
Sa chaîne Youtube (avec son film en libre accès)
Le site  
Un article sur Citycle



Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Méditation

La méditation étant devenue la recette du bonheur face aux brutalités du temps, méditons. Avons-nous suffisamment pensé à Jacques Chirac tous ces jours-ci ? Clairement non. A la fulguration surtout de 1995 sur « la fracture sociale » et ce qui s'en suivit, c'est-à-dire rien. Pourquoi rien ? Parce qu'il aimait les gens. La fracture s'aggrava mais les gens, sentant qu'il les aimait, l'aimèrent pour toujours, spécialement à sa mort. Aujourd'hui, le président aggrave aussi la fracture sociale. A partir du 1er novembre, la réforme de l'assurance chômage va jeter des dizaines de milliers de personnes dans la pauvreté. Mais s'il se faisait aimer en aimant autant les gens que Jacques Chirac, ça passerait. Pourquoi a-t-on besoin d'être aimé de notre monarque républicain ? Pour oublier ? A creuser à la prochaine méditation. 

Michel Rouger

02/10/2019

Nono












Partenaires