15/05/2014

Stress citoyen



Un mois. Il y a un mois que le Premier ministre a sorti son gros rabot :  50 milliards d'argent public à éliminer. Et depuis l'angoisse s'installe peu à peu dans les myriades d'associations qui permettent à la société de ne pas dégringoler. Leur crainte grandit de voir leurs subventions et leurs emplois valser. Le rabot passe déjà. Là, pas de fermetures d'usines à la Une. Les petits ateliers qui réparent dans les quartiers et les villages la casse d'un système économique destructeur, les petits labos qui tentent d'inventer avec trois bouts de ficelle un futur vivable, suppriment en silence des emplois déjà depuis longtemps précaires ou se demandent comment assurer l'avenir de leurs emplois d'avenir. Sale quart d'heure pour les citoyens engagés. Mais face à l'impasse globale, restent l'indignation et l'énergie locales. 
 
Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Non, Chef - 01/07/2021

​La panne - 24/06/2021

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

Palestine - 12/05/2021

Surprise ! - 29/04/2021

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

1 2 3 4 5 » ... 24