Vu, Lu, Entendu...

15/03/2017

Stop Glyphosate : signons la pétition de l'Initiative citoyenne européenne"



Pour convaincre la Commission européenne de résister enfin au lobbying de Monsanto et de faire retirer du marché le Glyphosate, l'un des pesticides les nocifs et les plus utilisés au monde, les Européens ont un outil : rassembler un million de signatures au titre de l'"Initiative citoyenne européenne". Le Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l'Ouest est partenaire de l'initiative "Stop Glyphosate" et relaie la pétition avec le commentaire suivant : 

« Au 10 mars , plus de 400 000 signatures en Europe ! Allemagne et Belgique ont déjà dépassé leur seuil minimum (il faut que sept pays atteignent leur seuil). En France,  presque 20 000 signatures : c'est très loin d'être assez... le minimum à atteindre est 60 000 signatures (...) Afin d’avoir un impact réel, nous devons rassembler les signatures d’ici cet été, lorsque les discussions les plus importantes seront initiées. Cela veut dire que nous devons collecter plus de 5800 signatures chaque jour. »

« Depuis des décennies, le glyphosate, un pesticide toxique, est pulvérisé sur les champs où poussent les fruits, les légumes et les céréales que nous mangeons. Nos parcs et nos quartiers sont susceptibles d’être contaminés, et un test a révélé que l’urine de presque un Européen sur deux contenait ce poison toxique. Des études montrent que ce produit est probablement cancérigène. L’année dernière, la Commission européenne a renoncé à prolonger la licence d’utilisation du glyphosate pour 15 ans face à l’immense pression exercée par des centaines de milliers d’Européens (…) elle n’a pu autoriser qu’une extension de licence temporaire de 18 mois. C’est la dernière ligne droite. »
 




1.Posté par ktrine Dutilleul le 16/03/2017 21:05
Pour laisser une planète plus propre aux générations futures...

2.Posté par Le Potier le 19/10/2017 22:20
Pour stopper une catastrophe sanitaire sans précédent.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 11


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​C’est la guerre

Tocsin. Mobilisation générale. "Nous sommes en guerre", a martelé six fois lundi soir le Président Chef des Armées. Tous aux abris ! Et bien entendu : on ne va pas, par désinvolture, filer la saloperie aux plus fragiles au risque qu’ils en meurent et d’aggraver la charge de travail des personnels soignants. Car l’ennemi pilonne durement nos services de santé inconsidérément fragilisés. Un peu comme nos bornés de généraux de 1914 avaient lancé des soldats en rouge/bleu horizon sous la mitraille allemande, nos gouvernants affaiblissent depuis des décennies nos hôpitaux. Avant que surgisse cette guerre, les héros célébrés aujourd’hui ont réclamé en vain des effectifs, des lits, des moyens suffisants. Ils se battaient depuis le 18 mars 2019, un an, impuissants comme nous tous devant la pandémie financière, dite parfois grippe américaine et en France CAC-40, qui n’est d’ailleurs pas pour rien dans celle du Covid-19. Mais regardons l’horizon. "Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause", a lancé lundi le chef de l’État. Après tout, après juin 40, il y eut mars 44, le programme du Conseil national de la Résistance, les Jours Heureux, la sécurité sociale pour tous, la solidarité collective. Ok, Général. En marche.

Michel Rouger
 

17/03/2020

Nono












Partenaires