Le billet

So french


25/07/2013




Qu'Élisabeth Windsor, sa tribu et ses sujets fassent toute une affaire et beaucoup d'affaires sur l'arrivée du royal bébé, c'est bien sûr extravagant. Voilà beaucoup de bruit pour rien, aurait dit Shakespeare : en effet, vu l'increvable santé qui règne dans la famille, le petit George, 3ᵉ dans l'ordre de succession, risque de monter un peu chenu sur le trône - n'est-ce pas, Charles ? - Mais bon, l'extravagance est une qualité très britannique. En revanche, que les Français et leurs médias lâchent un tel feu d'artifice à peine éteints ceux du 14 juillet, c'est choquant, n'est-il pas ? Nous avons, certes, été un peu excessifs le 21 janvier 1793 envers Louis Capet mais devons-nous à jamais être régressifs ? Réjouissons-nous au moins de ne pas devoir, en ces temps difficiles, raccourcir nos budgets pour un royal gadget. Vive la République, vive la France, vive l'Europe et le futur. 

Michel Rouger
 





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

La bonne éducation

On parle beaucoup des violences policières. Beaucoup trop. Et trop en mal surtout. Ainsi, aujourd’hui, dans le conflit sur la réforme du bac. Comment peut-on sous-estimer à ce point l’effet bénéfique du baston pédagogique sur les apprentis rebelles ? La crainte positive suscitée par les bataillons casqués  sur les écrans des réseaux sociaux et des chaînes – éducatives – d’info en continue ? Le 6 décembre 2018, à Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes de 12 ans et plus, s’étaient retrouvés à genoux mains sur la tête entourés de policiers matraque en main. Un précédent intéressant. Ces dernières semaines, les gardes à vue de lycéens se multiplient, parfois jusqu’à 48 h, dans des locaux glauques. Ainsi peuvent-ils apprendre la vie. Il faut aller plus loin. Pourquoi ne pas déplacer par exemple les heures de colle au commissariat de quartier ? Agissons pour rétablir la chaîne de l’Autorité. Le Président, les maîtres, les pères. Tiens-toi droit à table, mon fils, ou j’appelle la police.

Michel Rouger

13/02/2020

Nono

Newsletter