Le billet

25/07/2013

So french



Qu'Élisabeth Windsor, sa tribu et ses sujets fassent toute une affaire et beaucoup d'affaires sur l'arrivée du royal bébé, c'est bien sûr extravagant. Voilà beaucoup de bruit pour rien, aurait dit Shakespeare : en effet, vu l'increvable santé qui règne dans la famille, le petit George, 3ᵉ dans l'ordre de succession, risque de monter un peu chenu sur le trône - n'est-ce pas, Charles ? - Mais bon, l'extravagance est une qualité très britannique. En revanche, que les Français et leurs médias lâchent un tel feu d'artifice à peine éteints ceux du 14 juillet, c'est choquant, n'est-il pas ? Nous avons, certes, été un peu excessifs le 21 janvier 1793 envers Louis Capet mais devons-nous à jamais être régressifs ? Réjouissons-nous au moins de ne pas devoir, en ces temps difficiles, raccourcir nos budgets pour un royal gadget. Vive la République, vive la France, vive l'Europe et le futur. 

Michel Rouger
 




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires