Le billet

07/06/2012

S O S



Ce mois de juin est le mois des périls. «  Au secours, la Planète ! », tremble-t-on de continent en continent à la veille du nouveau Sommet de Rio. « Au secours, l'Europe !  », gémit-on de part et d'autre des Pyrénées alors que défaillent cette fois les banques espagnoles. Curieux, non, ces S O S que l'on serine depuis le siècle dernier sans jamais faire donner les pompiers ? Et que je te remette au contraire du charbon et du pétrole dans la chaudière pour faire fondre les glaciers. Et que je t'impose avec morgue une Europe toujours plus impopulaire. Suffirait pourtant de piocher dans les idées de la société civile, des intellectuels, des économistes de plus en plus atterrés. Mais dans le club des grands gouvernants semble toujours régner « le pire jusqu'à la mort » ou la vieille blague des estrades : « Nous étions au bord du précipice, depuis nous avons fait un grand pas en avant... » À moins que peut-être, en ce mois de juin, un miracle ? 

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires