Vu, Lu, Entendu...

29/04/2019

Retrouvez le combat de Julien Lauprêtre, le président du Secours Populaire


Julien Lauprêtre, le président du Secours populaire, est décédé vendredi 26 avril. A 93 ans, s'est achevée une vie d'actions, de résistance et d'initiatives en faveur des plus pauvres.



Retrouvez le combat de Julien Lauprêtre, le président du Secours Populaire
2019_05_02_retrouvez_le_portraitde_julien_lauprete.mp3 2019 05 02 Retrouvez le portraitde Julien Lauprête.mp3  (3.59 Mo)

Durant la seconde Guerre mondiale, Julien Lauprêtre s’était engagé dans la Résistance et avait fondé, dès 1942, le réseau des Jeunes communistes résistants. Arrêté et incarcéré en 1943, il côtoie pendant huit jours Missak Manouchian, chef du groupe de "l’Affiche rouge". « Il m’a dit, avant d’être fusillé : il faut que tu fasses quelque chose d’utile et que tu rendes la société moins injuste... Ses paroles m’ont profondément marqué. » A la Libération, il devient responsable des jeunesses communistes puis, secrétaire du député communiste Raymond Guyot. En 1954, il s’engage au Secours populaire français, qui avait été créé en 1945, avant d'en devenir le secrétaire général un an plus tard puis président. 

Sous son influence, l’association devient indépendante du Parti communiste français et renforce son action d'association humanitaire auprès des plus démunis.

Julien Lauprêtre était l'invité du mois d'Histoires Ordinaires le 8 décembre 2016 : "Le « Raz de marée de la misère » gagne du terrain". Contrairement à certaines appréciations, la misère et la pauvreté ne cessent de gagner du terrain dans notre pays. C’est le constat partagé par de nombreuses associations, dont le Secours populaire français. Son président, Julien Lauprêtre, continue d’évoquer un « raz de marée de la misère» avec plus de trois millions de personnes accompagnées l’an passé. Pourtant, malgré la montée des haines et des peurs, la solidarité s’affirme, pour accompagner les personnes en difficulté. Un engagement qui réjouit l’ancien résistant… 

Mourad Laffitte et Laurence Karsznia ont réalisé en 2016 un film documentaire de 52 minutes sur Julien Lauprêtre, "Solidarité, le sens d'une vie"?




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires