Le billet

17/11/2011

Quand le bâtiment va...



Les loyers privés sont ruineux ? On manque de logements sociaux ? L'UMP vient de trouver la solution :  vendons les logements sociaux à leurs occupants ! Le raisonnement semble bas de plafond mais a sa logique, électorale bien sûr. Les locataires HLM les plus argentés sur le point d'acheter dans le privé vont pouvoir rester chez eux en payant leur logis « jusqu'à 35% en dessous du prix du marché ». L'aubaine ! Vous allez protester : c'est autant de logements perdus pour les ménages modestes ! Certes mais avec l'argent de cette grande braderie,  les organismes HLM vont pouvoir construire ailleurs, loin, en banlieue. Vous allez dire encore : c'est de la démolition, de la casse sociale ! Oui et non. Car c'est bon pour le bâtiment. Sarkozy le bâtisseur a d'ailleurs aussi un autre grand programme : les prisons. Pour 30 000 locataires de plus. Ce qui, admettez-le, fait autant de gens en moins dans les HLM. 
 
Michel Rouger
 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires