Le billet

26/09/2013

Pas de souci, ils ont faim



28 euros par mois... Les grandes manifestations ouvrières du Bangladesh pour augmenter l'indigne salaire minimum du textile vont-ils faire fléchir le patronat local et les multinationales qui passent commande ? Un peu, pas trop, ou celles-ci chercheront ailleurs, sans honte et même avec bonne conscience, d'autres peuples qui ont faim : ça les aide, n'est-ce pas ? C'est la logique ici aussi. Tous les secteurs ont leurs « chinois » ou « bangladais ». « Pas de souci, ils ont faim », disait un jour un journaliste faisant travailler à bas prix de jeunes pigistes. Chômeurs de longue durée, stagiaires, étudiants, auto-entrepreneurs, toutes sortes de travailleurs « indépendants » comme l'on dit, ont faim. Et des tas d'employeurs ordinaires les exploitent, ne les payent pas sinon quelques euros de l'heure, les privent d'assurance chômage, de mutuelle et d'assurance vieillesse. Sans honte et même avec bonne conscience : ça les aide, n'est-ce pas ? 

Michel Rouger
 



1.Posté par Anonyme le 27/09/2013 10:15
Puis-je ajouter que je vis une expérience hallucinante car la possibilité de faire des vacations pour une université, cela signifie :
- travailler et être payée à 3 voire 4/5 mois
- prendre un statut d'auto-entrepreneur car l'état refuse de payer des charges sociales et refuse d'être facturé !
- me trouver sans contrat avec des personnes charmantes et qui peuvent changer de vacataires à n'importe quel moment !

Bref me trouver démunie face à un patron voyou ! Sans recours car se battre face à l'état ........

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

Chaud-froid - 10/02/2021

​Désobéir - 27/01/2021

​Séparatisme - 19/01/2021

​Les Réseaux - 14/01/2021

Les artistes - 17/12/2020

​Climat(s) - 10/12/2020

​Capitalisme bio - 03/12/2020

​Essentiel - 26/11/2020

​? - 05/11/2020

​Ok, c'est bon... - 30/10/2020

​Democratic Circus - 14/10/2020

​Stop - SUVisme - 08/10/2020

1 2 3 4 5 » ... 23






Le billet de la semaine

​Les Martiens


« Nous y sommes ! Nous voilà ! », a tweeté Emmanuel Macron. Où donc ? C’était le jeudi 18 février peu avant 22 h. Le président français semblait revenu de Mars avec l’astromobile Perseverance. C’était comme s’il avait planté notre drapeau là-bas. Certes, il se trouvait devant un écran mais c’est l’imaginaire qui compte. Quel voyage ! L’homme (moins la femme) sera toujours ainsi à la conquête de l’extrême, des sommets aux abysses, la chevauchée la plus fantastique restant bien sûr la Conquête de l’Ouest. Car notre trip vers Mars semble au XXIe ce que la Ruée vers l’or fut au XIXe. La Starship, la fusée d’Elon Musk, le fantasque milliardaire, est notre cheval. Musk ne pourra pas envoyer des humains sur la Planète Rouge avant longtemps mais peu importe. Le principal est comment exploiter Mars, comment faire du business. Et comment rendre supportable l’insupportable. Oublier la Terre qui se déglingue. Quoi qu’il en coûte. Une chose est certaine : de la planète humaine, tous les Musk du monde ont déjà décollé. 

Michel Rouger
les_martiens.mp3 Les martiens.mp3  (1.15 Mo)


24/02/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires