Le billet

10/07/2013

Nos fromages



En ce bel été, la France est fière de servir ses 365 fromages à ses visiteurs. Une exception agri-culturelle que l'on n'est pas près de nous enlever ! Il en est un 366ᵉ, lui aussi ô combien français, de tradition, qui se trouve aujourd'hui menacé :  le Délice du député dit aussi Délice du sénateur ou Délice du cumulard. Mardi 9 juillet, 300 députés ont voté la fin du cumul des mandats. Exit le député-maire, sénateur-maire, nos grands notables, les seigneurs de nos terroirs. La décision, qui s'appliquera seulement en 2017, avec trois ans de retard sur la promesse du candidat Hollande, a mis longtemps à fermenter. 228 députés ont voté contre : « Nos fromages ! » a chanté le chœur UMP. En outre, si une étape majeure a été franchie, il va falloir désormais suivre au Sénat une nouvelle phase qui s'annonce très compliquée. C'est aussi de tradition : en matières de fromages, les sénateurs, dans leur majorité, sont de fin connaisseurs.

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires