Le billet

25/05/2018

Niche



En France, près de 150 000 personnes, dont 30 000 enfants,  n'ont pas d'abri pour dormir. Des milliers d'autres vivent dans des mansardes ou cagibis de quelques mètres carrés. Une honte dans le cinquième pays le plus riche du monde. Pourtant, ce n'est pas l'imagination qui manque. Un hôtel d'un genre nouveau est ainsi en projet dans une cité bretonne. Une sorte de pension de famille de 360 m² offrant des chambres simples de 8 m² si l'on souhaite dormir seul et des chambres doubles de 10 m² pour dormir à deux. Et on y trouve une halte-garderie. C'est petit certes mais c'est mieux que le caniveau. Ce n'est pas la solution miracle mais c'est une niche à ne pas négliger. Un regret : seuls les chiens et chats sont admis. Une loge de gardien est prévue pour un molosse au cas où des humains en détresse s'approcheraient. Qu'ils aillent, eux, mourir comme des chiens comme on disait jadis. 

Michel Rouger

2018_05_24_niche.mp3 2018 05 24 Niche.mp3  (1.48 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires