Le billet

Niche


25/05/2018




En France, près de 150 000 personnes, dont 30 000 enfants,  n'ont pas d'abri pour dormir. Des milliers d'autres vivent dans des mansardes ou cagibis de quelques mètres carrés. Une honte dans le cinquième pays le plus riche du monde. Pourtant, ce n'est pas l'imagination qui manque. Un hôtel d'un genre nouveau est ainsi en projet dans une cité bretonne. Une sorte de pension de famille de 360 m² offrant des chambres simples de 8 m² si l'on souhaite dormir seul et des chambres doubles de 10 m² pour dormir à deux. Et on y trouve une halte-garderie. C'est petit certes mais c'est mieux que le caniveau. Ce n'est pas la solution miracle mais c'est une niche à ne pas négliger. Un regret : seuls les chiens et chats sont admis. Une loge de gardien est prévue pour un molosse au cas où des humains en détresse s'approcheraient. Qu'ils aillent, eux, mourir comme des chiens comme on disait jadis. 

Michel Rouger

2018_05_24_niche.mp3 2018 05 24 Niche.mp3  (1.48 Mo)






Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Un été français - 16/07/2018

​Patronat - 05/07/2018

​Buuuuuut ! - 27/06/2018

​Naufrage - 21/06/2018

Dingue - 15/06/2018

Handicap - 06/06/2018

​Escalades - 31/05/2018

Les résistants - 17/05/2018

​La brute - 10/05/2018

Écrivez - 29/04/2018

​Bibi le bourreau - 26/04/2018

​Coucou - 11/04/2018

​Brexit breizh - 22/03/2018

Une farce tragique - 15/03/2018

Esclaves - 08/03/2018

​L'inconnu express - 28/02/2018

​Non - 22/02/2018

​Chers ghettos - 15/02/2018

​A la noix - 08/02/2018

​Président Et-Et - 25/01/2018

1 2 3 4 5 » ... 15


Le billet de la semaine

Un été français

Comment ça va à la maison ? Nous, on n'oubliera pas nos vacances en France ! La Coupe du Monde a provoqué une euphorie incroyable. Oubliée la France qui broie du noir, chipote, râle, proteste contre le foot-business et le reste Des gamins de banlieue devenus grands ont fait un miracle. Ils ont uni le pays. Tout d'un coup, des jeunes Noirs nés dans des quartiers décriés sont devenus Français. A Moscou, au nom de tout le pays et pour la fierté ainsi rendue, le président les a embrassés un à un, mouillant sa chemise en glissant à chacun un petit mot : « Dis à tes copains que je ressors le grand plan pour les banlieues », « Moi aussi, je vais jouer maintenant collectif », etc. On nous a dit que la France avait déjà vécu cette euphorie il y a vingt ans, en 1998. En juillet, elle était devenue soudain « black-blanc-beur » En septembre c'était fini. Pas grave, nous, on sera rentrés. C'était un grand moment.  

Michel Rouger

16/07/2018

Nono










Newsletter