Vu, Lu, Entendu...

05/12/2018

Livres : "Le petit garçon de l'ascenseur"... social




C'est une histoire de vie. Et un grand demi-siècle d'histoire de la Bretagne, celle de gamins dans un atelier de ferronnerie, de pionniers du développement rural, d'acteurs de drames, tel celui de l'Amoco Cadiz...

Alain Rissel, le petit garçon tombé à cinq ans d'un ascenseur a su grimper par la suite dans l'ascenseur social. Fils d'un ouvrier et d'une "bonne chez les bourgeois", il est devenu sociologue acteur de terrain sur les territoires ruraux. Et le voilà aujourd'hui écrivain, mêlant l'analyse à la truculence du conteur, nous entraînant sur quelque 280 pages dans une série de rencontres riches, instructives. Ami de toujours d'Histoires Ordinaires, il ne pouvait nous en offrir une meilleure...

Le petit garçon de l'ascenseur, Editions Yellow Concept. 17 €. Commande sur le site  de l'éditeur.   

Livres : "Le petit garçon de l'ascenseur"... social

 



Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Montez !

Sitôt passée la station Europe, les cars Macron ont pris la route pour aller ramasser les élus de droite et du centre inquiets pour leur siège à neuf mois des élections municipales. Allez, montez ! Et hop, 72 politiciens ont grimpé, regardés l'œil mauvais par leurs rivaux plus rapides qu'eux en macronie. Celle-ci est plus que jamais un hall de gare où se croisent tous les ex : ex-gaullistes, ex-chiraquiens, ex-giscardiens, ex-radicaux, ex-socialistes, ex-mitterrandiens, ex-rocardiens, ex-Verts... Un parti d'ex, centriste, ou plutôt excentrique, qui roule en zigzag,  jusqu'ici à droite, maintenant soudain à gauche."Le capitalisme est devenu fou", a lancé mardi le Président en stigmatisant la "captation des richesses par quelques-uns". Une seconde, on a cru qu'il allait entonner Debout, les damnés de la terre  et rétablir l'impôt sur la fortune pour les gros actionnaires. Mais non. Dans le car, les 72 élus de droite sont rassurés. Ils peuvent même se réjouir : ce coup de volant à gauche peut aider à ravir des villes aux socialistes.

​Michel Rouger

13/06/2019

Nono