Vu, Lu, Entendu...

05/12/2018

Livres : "Le petit garçon de l'ascenseur"... social



C'est une histoire de vie. Et un grand demi-siècle d'histoire de la Bretagne, celle de gamins dans un atelier de ferronnerie, de pionniers du développement rural, d'acteurs de drames, tel celui de l'Amoco Cadiz...

Alain Rissel, le petit garçon tombé à cinq ans d'un ascenseur a su grimper par la suite dans l'ascenseur social. Fils d'un ouvrier et d'une "bonne chez les bourgeois", il est devenu sociologue acteur de terrain sur les territoires ruraux. Et le voilà aujourd'hui écrivain, mêlant l'analyse à la truculence du conteur, nous entraînant sur quelque 280 pages dans une série de rencontres riches, instructives. Ami de toujours d'Histoires Ordinaires, il ne pouvait nous en offrir une meilleure...

Le petit garçon de l'ascenseur, Editions Yellow Concept. 17 €. Commande sur le site  de l'éditeur.   

Livres : "Le petit garçon de l'ascenseur"... social

 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Violence d’État

Réalisant sans coup férir le vœu du Président de rendre le pays « plus humain » en 2020, trois policiers ont interpellé le 3 janvier à Paris un coursier à scooter, Cédric Chouviat, 42 ans, père de 5 enfants, et l’ont asphyxié par un plaquage ventral complété par une fracture du larynx. Mourir lors d’un contrôle routier… Les années se suivent et se ressemblent. L’année 2019 avait commencé par le coma, le 12 janvier, à Bordeaux, du Gilet Jaune Olivier Beziade, touché en pleine tête par un tir de LBD40, qui a inauguré une année répressive jamais vue dans un mouvement social. Le 21 juillet, à Nantes, les lacrymogènes des CRS ont aussi poussé Steve, 24 ans, dans la Loire. Mourir lors d’une Fête de la musique... La violence d’État ne désarme plus. Car le coupable, bien sûr, est moins le policier frappeur que les autorités qui l’arment, le couvrent, lancent leurs forces au premier attroupement, fût-il festif, pour impressionner, intimider. Quand le libéralisme autoritaire fait du citoyen ordinaire un adversaire... 

Michel Rouger
  

09/01/2020

Nono












Partenaires