Le billet

02/10/2014

Libéraux mais pas trop



Dans le sillage des pilotes d'Air France, voilà les notaires, huissiers, ophtalmos, biologistes, dentistes, pharmaciens sur le pied de guerre pour protéger leurs historiques attributs. Normal : ils défendent leurs intérêts. Les voir retranchés dans leurs forteresses au milieu d'un océan de difficultés économiques, sociales et budgétaires, semble quand même surréaliste. Qu'ils se posent en défenseurs des usagers, tels des fonctionnaires du service public, a quelque chose de pittoresque. Mais ce qui est choquant, c'est de voir des professions libérales s'en prendre au libéralisme. Les gros intérêts financiers vont entrer dans les officines ! Jugez, citoyens, de la perversité du social-libéralisme à la sauce Hollande-Valls. Au secours Mélenchon. Il se dit que les notaires pourraient être invités à la prochaine fête de L'Huma aux côtés de Jérôme Kerviel, le trader repenti.
 
Michel Rouger
 





1.Posté par Patrig K le 02/10/2014 21:47
Il y a convergence, depuis le droit romain aux mains des notaires exaltés, à l'aporie constante de nos sociétés d'opulence relative.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires