02/10/2014

Libéraux mais pas trop



Dans le sillage des pilotes d'Air France, voilà les notaires, huissiers, ophtalmos, biologistes, dentistes, pharmaciens sur le pied de guerre pour protéger leurs historiques attributs. Normal : ils défendent leurs intérêts. Les voir retranchés dans leurs forteresses au milieu d'un océan de difficultés économiques, sociales et budgétaires, semble quand même surréaliste. Qu'ils se posent en défenseurs des usagers, tels des fonctionnaires du service public, a quelque chose de pittoresque. Mais ce qui est choquant, c'est de voir des professions libérales s'en prendre au libéralisme. Les gros intérêts financiers vont entrer dans les officines ! Jugez, citoyens, de la perversité du social-libéralisme à la sauce Hollande-Valls. Au secours Mélenchon. Il se dit que les notaires pourraient être invités à la prochaine fête de L'Huma aux côtés de Jérôme Kerviel, le trader repenti.
 
Michel Rouger
 




1.Posté par Patrig K le 02/10/2014 21:47
Il y a convergence, depuis le droit romain aux mains des notaires exaltés, à l'aporie constante de nos sociétés d'opulence relative.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

Chaud-froid - 10/02/2021

​Désobéir - 27/01/2021

​Séparatisme - 19/01/2021

​Les Réseaux - 14/01/2021

Les artistes - 17/12/2020

​Climat(s) - 10/12/2020

​Capitalisme bio - 03/12/2020

​Essentiel - 26/11/2020

1 2 3 4 5 » ... 23






Le billet de la semaine

Poison


La Justice a enfin tranché. Les laboratoires Servier sont condamnés. Pour la mort de 1 500 à 2 000 personnes empoisonnées par le Mediator et pour les souffrances infligées à des milliers d’autres, ils devront verser quelques heures de leur chiffre d’affaires. Quant aux dirigeants, cadres ou experts accusés, ils sont repartis libres avec leurs gardes du corps dans leurs voitures aux vitres teintées. Plus clément que la procureure, le tribunal leur a épargné la prison ferme. Dans la France du XXIe siècle, les juges, qui envoient le petit peuple à tour de bras dans des prisons indignes, restent pétrifiés à l’idée d’enfermer un puissant dans une cellule aménagée. Inébranlable justice de classe. Un vrai poison dans une société déjà peu confiante envers ses institutions. Pour rattraper l’iniquité, reste plus qu’à décider d’un plan médiator transformant la prison ferme en prison avec sursis pour les milliers de détenus non condamnés pour homicides involontaires. 

Michel Rouger
20210401_poison.mp3 20210401 Poison.mp3  (1.11 Mo)


31/03/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires