Le billet

Libéraux mais pas trop


02/10/2014




Dans le sillage des pilotes d'Air France, voilà les notaires, huissiers, ophtalmos, biologistes, dentistes, pharmaciens sur le pied de guerre pour protéger leurs historiques attributs. Normal : ils défendent leurs intérêts. Les voir retranchés dans leurs forteresses au milieu d'un océan de difficultés économiques, sociales et budgétaires, semble quand même surréaliste. Qu'ils se posent en défenseurs des usagers, tels des fonctionnaires du service public, a quelque chose de pittoresque. Mais ce qui est choquant, c'est de voir des professions libérales s'en prendre au libéralisme. Les gros intérêts financiers vont entrer dans les officines ! Jugez, citoyens, de la perversité du social-libéralisme à la sauce Hollande-Valls. Au secours Mélenchon. Il se dit que les notaires pourraient être invités à la prochaine fête de L'Huma aux côtés de Jérôme Kerviel, le trader repenti.
 
Michel Rouger
 






1.Posté par Patrig K le 02/10/2014 21:47
Il y a convergence, depuis le droit romain aux mains des notaires exaltés, à l'aporie constante de nos sociétés d'opulence relative.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

La bonne éducation

On parle beaucoup des violences policières. Beaucoup trop. Et trop en mal surtout. Ainsi, aujourd’hui, dans le conflit sur la réforme du bac. Comment peut-on sous-estimer à ce point l’effet bénéfique du baston pédagogique sur les apprentis rebelles ? La crainte positive suscitée par les bataillons casqués  sur les écrans des réseaux sociaux et des chaînes – éducatives – d’info en continue ? Le 6 décembre 2018, à Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes de 12 ans et plus, s’étaient retrouvés à genoux mains sur la tête entourés de policiers matraque en main. Un précédent intéressant. Ces dernières semaines, les gardes à vue de lycéens se multiplient, parfois jusqu’à 48 h, dans des locaux glauques. Ainsi peuvent-ils apprendre la vie. Il faut aller plus loin. Pourquoi ne pas déplacer par exemple les heures de colle au commissariat de quartier ? Agissons pour rétablir la chaîne de l’Autorité. Le Président, les maîtres, les pères. Tiens-toi droit à table, mon fils, ou j’appelle la police.

Michel Rouger

13/02/2020

Nono

Newsletter