Vu, Lu, Entendu...

Les pionnières du cinéma à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé


20/09/2018




Jusqu'au 25 septembre, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé présente les femmes pionnières du cinéma et qui ont fait beaucoup pour son développement au début du XXème siècle. Contrairement à ce qu'on croit, elles ne sont pas seulement femme fatale, femme-enfant ou épouse dévouée. Les grands noms du cinéma muet telles que Musidora, Alla Nazimova ou « la petite fiancée de l’Amérique », Mary Pickford, sont aussi productrices, réalisatrices, scénaristes, critiques ou monteuses. Repoussant les limites du récit et de l’esthétique, leurs films sont modernes, courageux, inventifs et passionnants.

Après avoir entamé une carrière d’actrice, Mabel Normand par exemple, commence à écrire des scénarios et à faire de la direction d’acteurs. Cette interprète du burlesque aurait donné les premières directives à Charlie Chaplin avant de devenir le légendaire Charlot. En Europe, la scénariste Renée Deliot développe le personnage de son mari, l’acteur Mario Ausonia, en lui conférant des rôles plus complexes. Mary Pickford, à l’instar de Marie Epstein, ont toutes deux participé activement à l’édification de fameuses institutions : United Artist en 1919 pour la première et la Cinémathèque Française en 1936 pour la seconde ….

En présentant ce cycle de films (voir la liste), c’est un hommage que la Fondation rend à des femmes de talent souvent relayées au second plan, au profit de leurs homologues masculins. Cette programmation vient, par la même occasion, commémorer les 50 ans de la disparition d’Alice Guy, pionnière du cinéma français.

Au programme : Peau de pêche  (Marie Epstein, coréalisatrice avec Jean Benoit-Levy), Salomé  (Alla Nazimova, productrice et actrice), The Blot  (Lois Weber, réalisatrice, productrice et scénariste), La Cigarette (Germaine Dulac, réalisatrice), Dorothy Vernon (Mary Pickford, productrice et actrice), Vicenta  (Musidora, réalisatrice, productrice et actrice) dont une bobine a été retrouvé grâce à la Cinémathèque Française, deux programmes de court-métrages réalisés par Alice Guy aux Etats-Unis...
 
Le programme ici http://www.fondation-jeromeseydoux-pathe.com/archives_projections





Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Londres-Paris-Alger

Ce 29 mars 2019, la Grande-Bretagne devait hisser les voiles du Brexit et s'éloigner gaiement des côtés européennes avec à la manœuvre la paire Farage-Johnson braillant le God save the Queen pinte au vent. But no. Et que Dieu sauve la reine en effet, tant les deux fieffés menteurs ont enlisé le peuple anglais dans une jelly épaisse. Parallèlement, à Paris, la monarchie républicaine vient de taper avec une violence inouie sur une partie de son  peuple et les appareils politiques semblent aussi has been que le Labour ou les Tories. Dans les deux riches et vieux pays, l'esprit démocratique semble fatigué. Qu'ils regardent alors au-delà d'une autre mer, au sud. Par des manifestations monstres, joyeuses et non-violentes, toutes générations et milieux confondus, le peuple algérien a fait plier la caste des profiteurs qui l'assujettit depuis l'indépendance. Nul ne connaît les lendemains de cette révolution pacifique mais la rue algérienne est sûrement une source d'inspiration pour les anciens empires, n'est-il pas ?  

Michel Rouger

28/03/2019

Nono