Vu, Lu, Entendu...

25/04/2019

"Les marchandises émotionnelles" le dernier livre d'Eva Illouz



2019_04_25_les_marchandises_emotieonnelles_eva_illouz.mp3 2019 04 25 Les marchandises émotieonnelles Eva Illouz.mp3  (2.95 Mo)

Spécialiste de la sociologie des émotions, Eva Illouz avec le psychologue Edgar Cabanas nous avait conduit sur les chemins de l'« Happycratie», titre du livre paru en août 2018 chez Premier Parallèle. Les deux auteurs y dénonçaient l'injonction qui nous est faite d'être, envers et contre tout, heureux.

Aujourd'hui, la sociologue et le collectif qu'elle dirige, se penche sur la place des émotions dans notre société consumériste. « Les actes de consommation et la vie émotionnelle s’entrelacent désormais jusqu’à devenir inséparables, jusqu’à se définir et s’autoriser mutuellement ; les marchandises facilitent l’expression des émotions et aident à en faire l’expérience ; et les émotions sont converties en marchandises. » écrit-elle.

"Les marchandises émotionnelles"   sont accessibles à tous les tournants de notre quotidien. L'exploitation de nos émotions est calibrée pour nous garder dans le bien-être permanent. Tout le business s'y met, tourisme, cinéma, psychothérapie, centre de soins... Pour transformer et améliorer notre moi nous sommes prêts à suivre les sirènes de la société de consommation.

« La sociologue Eva Illouz décrit nos sociétés capitalistes comme un piège, où l'on sollicite et l’on fabrique nos émotions, quand on nous reconditionne pour consommer et aimer, et nous ne savons plus séparer l'amour vrai et le romantisme toc des ambiances aux bougies des restaurants de la Saint Valentin… »  commente Claude Askolovitch de France Inter à propos du livre.
 
424 pages 
Publié le 07 février 2019
Traduit de l'anglais par Frédéric Joly
Ce livre est disponible en librairie au prix de 24 €       




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 14






Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires