Le billet

08/12/2011

Les larmes d'Elsa



Vous aussi vous avez été émus par les larmes d'Elsa Fornero, la ministre italienne des Affaires sociales, dimanche dernier ? En tout cas, moi, oui. Enfin un peu d'humanité dans cette avalanche de mesures contre les peuples européens. Vous imaginez Sarkozy ou Copé exposant leur plan de rigueur la larme à l'oeil ? Pour les taxes sur les riches, peut-être...

Elsa Fornero a pleuré sur les sacrifices imposés aux futurs retraités, sur son impuissance, sans doute aussi sur le hold-up des marchés financiers sur les gouvernements. La démocratie, en ce moment, c'est à pleurer. Dans les mêmes temps, mon député s'est mis à hurler, trépigner. Là-dessus aussi ? Non. Simplement, élu sans combattre depuis trente ans dans une circonscription imperdable, il a cette fois été exclu des législatives 2012 : les militants en ont choisi un autre. Adieu honneurs, voyages, mes places au stade et au théâtre... Aller, camarade, on ne va pas pleurer, c'est ça la démocratie. Sauvons ce qui nous reste. 

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires