Amériques

Leila va rentrer à Rio chargée de peurs


18/10/2018

Sauf sursaut miraculeux, le 28 octobre, le Brésil va se donner comme président le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro. La violence de sa campagne présage le pire. Leila Xavier avait 24 ans à la fin de la dictature, en 1985. Elle entamait une vie de combats syndicaux et politiques riche de conquêtes sous la présidence Lula. Le 27 octobre, venant de Paris, elle atterrira à Rio pour aller voter avec, au fond d'elle-même, de lourdes craintes.




leila.mp3 Leila.mp3  (6.8 Mo)

Leila Xavier, de passage en France pour parler de son combat contre le racisme à travers un film réalisé à Rio (voir-ci-dessous), illustre l'émancipation qu'ont pu connaître ces trente dernières années une partie des Brésiliens et Brésiliennes. « Ma famille était pauvre, confie-t-telle, mon père était ouvrier métallurgiste, ma mère domestique, nous vivions à la périphérie de Rio. J'ai été la seule des enfants à pouvoir étudier, et avec bien des difficultés. »

Accrocheuse, étudiant la nuit, travaillant le jour comme vendeuse ou garde d'enfants, elle s'est en même temps rapidement mêlée aux manifestants réclamant l'amnistie pour les opposants politiques poursuivis par la dictature. Et c'est naturellement que, devenue professeure d'histoire, elle a rejoint puis présidé  le Syndicat des Etablissements Professionnels de l'Education de Rio. 

Basculement

Tout le peuple brésilien s'éveillait. Les communautés de base catholiques nourries de théologie de libération fleurissaient organisées en « Pastorale de la Terre », en « Pastorale des Jeunes »... Lula, l'enfant pauvre du Nordeste devenu métallo à Sao Paulo, s'est formé là avant de devenir le grand leader du mouvement social brésilien. 

Basculement inverse aujourd'hui. « Les églises d'aujourd'hui sont beaucoup pour Bolsonaro, poursuit Leila Xavier. Les églises évangéliques. Où es passée la libération ? « Beaucoup de gens pensent que la méthode violente de Bolsonaro est meilleure, ils sont prêts à accepter la dictature. » Comment a-t-on pu en arriver là ?

Leila va rentrer à Rio chargée de peurs

Les organisations de base ont été fragilisées

« Beaucoup de militants ont été aspirés par les fonctions de gouvernement, ça a fragilisé les organisations de base. Il n'y avait pas eu assez de formation politique. Ça a créé du désintérêt, puis de la perte de confiance. » Le Parti des Travailleurs forgé et porté au pouvoir par Lula s'est perdu dans la démocratie à la brésilienne, où les députés passent des accords changeants et illisibles selon les sujets. « Quand il y a eu le coup d'État contre Dilma Rousseff, il n'y avait plus de mobilisation à la base pour résister. »

« Les banquiers, les grands patrons, les grands propriétaires sont toujours là ! », rappelle Leila. Ils prennent leur revanche avec l'aide des juges et des grands médias. Au terme d'une campagne électorale d'une violence sans précédent empoisonnée de « fake news » contre le candidat de la gauche Fernando Haddad, voilà donc l'extrême-droite aux portes du pouvoir. « J'ai peur », dit Leila Xavier.

« Bolsonaro est dans la violence. Il est raciste, homophobe, défend la dictature : il regrette qu'elle n'ait pas tué plus de monde ! Il est tellement fou que des gens de droite ne vont pas lui donner leur voix. Mais une partie de la jeunesse le suit. Ma génération était pour la liberté ! La génération des jeunes d'aujourd'hui est attirée par un régime autoritaire : normalement, les jeunes sont révolutionnaires ! »

La peur du chaos et l'espoir qu'il en sorte un bien

« Bolsonaro encourage la création de milices, les provocations, poursuit-elle ; mes filles m'ont téléphoné : certains de ses partisans attaquent des gens portant "Haddad" sur leur tee shirt. » Pour Leila, « le risque est grand de perdre tout ce qui a été acquis, la bourse familiale, la discrimination positive, etc. » mais aussi que « le Brésil sombre dans le chaos ».

Son seul espoir est que du mal, du tragique, sorte un bien : « Je pense que la victoire de Bolsonaro va permettre aux mouvements sociaux de se réorganiser. J'espère que les gens vont se réengager. Les femmes noires sont descendues massivement dans la rue en mars après l'assassinat de Marielle Franco. » Mais combien de temps durera la période sombre ? 

Leila Xavier, en tous les cas, ne désarmera pas. Dès 29 octobre au lendemain de l'élection, elle ira participer au lancement du livre auquel elle vient de participer :  un ouvrage rassemblant vingt-et-un jours de combats contre le racisme. Ce mal persistant du Brésil que le futur pouvoir va sûrement aggraver : « Beaucoup de jeunes noirs vont encore mourir... »

Texte : Michel Rouger   - Photos : Clovis Gicquel
 

Quelques minutes du film de Lelia Xavier contre le racisme à Rio :  
NÃO PENSE QUE SABE SER QUEM É 
(NE PENSE PAS QUE TU SAIS QUI TU ES) 
 


POUR ALLER PLUS LOIN

La page Fb du Collectif Brésil  

Le blog d'Autres Brésils

Qui est le "Trump brésilien" ? : une émission de C dans l'air






Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Les routes du rhum

Dimanche, 2 h du matin. Dans quelques heures, l'épreuve mythique sera lancée. Sur un trottoir gît une bouteille vide : la marée humaine n'a pas provoqué que des goulots d'étranglement... Guadeloupe et Martinique bord à bord, la course du rhum anime depuis des jours la cité corsaire. Le rhum coule, irrigue, arrange le sang du conducteur : tiens bon la barre et tiens bon l'volant, hisse et ho ! Bientôt, oscilleront à leur tour quelques pitres à Pointe-à-Pitre. Les rhumiers co-fondateurs de la Route du Rhum il y a 40 ans ont bien maîtrisé les vents contraires de la loi Évin limitant la publicité sur les alcools. Mais du fond d'un verre monte parfois une illumination. "Anglais, nous lancerons une course Saint-Malo – Afrique – Antilles en souvenir de nos grands voiliers négriers qui ont transporté à fond de cale des milliers d'esclaves vers les champs de canne à sucre ! La Route du Rhum Triangulaire".

Michel Rouger

08/11/2018

Nono