Le billet

Le petit artificier


19/05/2016




17 février. Cela fait trois mois maintenant que le Premier ministre, Manuel Valls, a mis le feu aux poudres en voulant faire exploser le Code du Travail. Comment le Président de la République, son compagnon de jeu, a-t-il pu le laisser allumer la mêche aussi maladroitement ? Mystère. Il est vrai que François Hollande, foncièrement homme de consensus, se croit aujourd'hui chef de guerre. Toujours est-il qu'il était évident que le pays s'enflammerait. Loi Macron, déchéance de la nationalité, chômage... Trop de colères couvaient. Une telle réforme ne pouvait qu'allumer la révolte de la gauche syndicale et de la jeunesse radicale. Trois mois plus tard, les manifestants continuent de manifester,  les casseurs de casser, les policiers sont épuisés, la gauche gravement déchirée. Manuel Valls a ressorti sa bombinette du 49-3. Il joue toujours avec les allumettes. L'état d'urgence n'a rien prévu pour ça ? 

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

J - 7 - 07/03/2019

​Algérie, suites - 28/02/2019

Déraciner la haine - 20/02/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​L'Étranger, toujours

Comme une fatalité. Chaque élection présidentielle apporte sa méprise. Ainsi le jeune Président élu en mai 2017 a aussitôt muté en vieux politicien utilisant les ficelles les plus usées. Revoilà l'immigration. Alors qu'elle n'est pas apparue dans les priorités des Gilets Jaunes et du Grand débat national, le Président pousse le sujet, impose aux députés et sénateurs d'en débattre, empoisonne les esprits en alléguant que le droit d'asile est détourné par des réseaux. L'Étranger pris en otage, toujours. Le président pourrait rappeler les faits. Citer les chiffres réels. Démontrer la capacité d'accueil du pays des Droits de l'homme aujourd'hui parmi les mal classés de l'Union européenne. Souligner que personne ne quitte son pays sans déchirement. Que le migrant arrive exténué, martyrisé en chemin. S'appuyer surtout sur l'esprit d'accueil qui se manifeste dans toute la France. Cela ferait un beau discours politique, qui grandirait le pays  et le candidat à la Présidentielle de 2022 descendu aujourd'hui sur le terrain de l'extrême droite pour en faire son seul challenger.

Michel Rouger

07/10/2019

Nono

Newsletter